Accéder au contenu principal

« L’oscillation au bord de l’abîme »

 

Zemmour

En parler ou pas ? Pour la classe politique, de gauche à droite, pour la majorité présidentielle, pour les rédactions des médias nationaux ou régionaux, la question du traitement d’Eric Zemmour depuis qu’il grimpe dans les sondages d’intentions de vote à l’élection présidentielle constitue autant un casse-tête qu’un cas de conscience.

En parler, c’est forcément alimenter la machine à polémiques et à clash, aux outrances et aux buzz sans limite savamment entretenue par le polémiste d’extrême droite, qui se complaît dans le confortable rôle du candidat pas encore déclaré ; et donc faire de lui l’épicentre de la campagne qui démarre.

Ne pas en parler, c’est laisser se banaliser une kyrielle de contrevérités, d’approximations, de propos révisionnistes abjects, de mensonges et de provocations permanentes proférés par un bateleur habile, condamné pour incitation à la haine et qui, qu’on le veuille ou non, séduit une part de l’électorat français.

Entre ces deux choix cornéliens – les mêmes d’ailleurs qui se sont posés aux Etats-Unis en 2016 lorsque Donald Trump a affiché des ambitions politiques qui l’ont conduit à la Maison blanche – il convient de tracer une troisième voie pour traiter le cas Zemmour : déconstruire systématiquement son discours radicalisé et ses provocations, pour en souligner le danger pour la démocratie et la République ;  en se rappelant ce que disait Albert Camus, « Faites attention, quand une démocratie est malade, le fascisme vient à son chevet mais ce n’est pas pour prendre de ses nouvelles. »

De fait, aux sorties réactionnaires et démagogiques d’Eric Zemmour sur la peine de mort, la laïcité ou l’Europe, le respect de l’Etat de droit et le Conseil constitutionnel, les musulmans et les immigrés, les femmes et les homosexuels, l’affaire Dreyfus et Pétain protecteur des Juifs (sic), le permis à point ou les prénoms étrangers, on doit opposer la réalité historique, des faits vérifiables et/ou l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures-chocs simplistes qu’il égrène. La tâche est évidemment immense car comme Trump – les millions en moins, un vernis intellectuel maurrassien en plus – Zemmour se contrefiche de la réalité. On l’a d’ailleurs vu lors du débat l’opposant à Jean-Luc Melenchon : lorsqu’une journaliste lui a fait remarquer qu’il s’était trompé en affirmant sans preuves qu’il y avait 50 milliards d’euros de fraude sociale par an et non un selon le calcul étayé de la Cour des comptes, Eric Zemmour, agacé, avait lancé « votre chiffre est tellement ridicule, que le ridicule est pour vous... »

Grisé par son succès littéraire, son omniprésence médiatique, particulièrement sur les médias du groupe Bolloré, la zizanie qu’il provoque dans la classe politique ou l’affluence à ses dédicaces, le pas-encore-candidat a, d’évidence, basculé dans une réalité alternative, perméable aux complotismes et aux obsessions identitaires nationales-populistes. Éric Zemmour se nourrit de la crise démocratique que traverse le pays sans y apporter la moindre réponse autre que la stratégie du chaos. Le 30 juillet 1914, Jean Jaurès écrivait dans La Dépêche, son avant-dernier article « L’oscillation au bord de l’abîme » appelant au sursaut pour éviter, en vain, la guerre. Aujourd’hui, c’est bien d’un sursaut collectif dont nous avons besoin pour éviter l’abîme du zemmourisme.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 31 octobre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l