Accéder au contenu principal

Visionnaire ?

hyperloop


En janvier dernier, le milliardaire américain Elon Musk lançait un défi sur Twitter : s'il réussissait à vendre 50 000 casquettes 20 $ à l'effigie d'une de ses sociétés, The Boring company, il vendrait alors… un lance-flammes ! Buzz immédiat, incrédulité mais projet bien réel. Vidéo à l'appui où il se mettait en scène, le PDG annonce la commercialisation de sa «superbe terrible idée» à 500 $ pièce. Les casquettes vendues, la production de lance-flammes, malicieusement baptisés «Pas un lance-flammes», démarre. 20 000 appareils – fournis gracieusement avec un extincteur – partent en quatre jours et rapportent 10 millions de dollars.

Toute la philosophie d'Elon Musk semble résumée dans cette anecdote : d'un côté le sérieux – la Boring company réfléchit à construire des tunnels pour lutter contre les embouteillages des grandes villes – et le fantasque, avec des idées folles empruntées à la culture geek, des défis improbables comme ceux que les enfants se lancent. Et entre les deux des réussites spectaculaires que peut afficher ce PDG-Jules Vernes, visionnaire pour les uns, illuminé pour les autres.

Qui aurait parié en 2002 sur la réussite de Space X qui, en moins de 15 ans, est devenu un acteur majeur des lanceurs spatiaux en diminuant fortement les coûts de mise en orbite ? Qui aurait parié, en 2003, que Tesla allait révolutionner la voiture 100 % électrique, face aux mastodontes de l'industrie automobile mondiale, et continue encore, malgré des difficultés, à bousculer les idées reçues sur ce que peut être l'automobile de demain ? En sera-t-il de même avec Hyperloop, ce projet de capsules transportant à 1 000 km/h voyageurs ou marchandises dans des tubes ? En tout cas, l'idée d'un tel moyen de transport – pour lequel Elon Musk n'a déposé aucun brevet, privilégiant l'open source collaboratif – a déclenché une course, de vitesse bien évidemment, entre plusieurs sociétés. Hyperloop One, Hyperloop Transportation Technologies (HTT), et Transpod accélèrent pour être les premières à démontrer la faisabilité technique et le bien-fondé commercial. Et il est heureux de voir que la France, pays pionnier de la grande vitesse qui avait expérimenté dans les années 60 l'Aérotrain de Jean Bertin entre Paris et Orléans, est de la partie : HTT s'est installé à Toulouse-Francazal, Transpod dans le Limousin pour bâtir des tubes d'essais…

Pour l'heure, nul ne sait si les capsules Hyperloop seront un jour réellement opérationnelles à grande échelle, si elles peuvent être compétitives face à des rames de TGV permettant d'atteindre un trafic de 15 000 voyageurs par heure sur un tronçon donné, là où les petites capsules de 40 personnes n'autoriseraient que 4 800 voyageurs par heure. «Hyperloop est un projet à la fois allumé et visionnaire» résumait Guillaume Pépy, président de la SNCF.

Un projet qui pousse la recherche scientifique et technologique à se dépasser et qui doit, aussi, nous interroger sur les conséquences de cette course à la vitesse qui réduit le temps au seul présent. «Le progrès de la vitesse réduit la grandeur du monde», estimait l'urbaniste Paul Virilio, qui avait créé la dromologie, l'étude de la vitesse dans la société. Au-delà de la prouesse technologique, Hyperloop pose ainsi notre rapport à la grandeur du monde.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du 13 octobre 2018)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan