Accéder au contenu principal

Visionnaire ?

hyperloop


En janvier dernier, le milliardaire américain Elon Musk lançait un défi sur Twitter : s'il réussissait à vendre 50 000 casquettes 20 $ à l'effigie d'une de ses sociétés, The Boring company, il vendrait alors… un lance-flammes ! Buzz immédiat, incrédulité mais projet bien réel. Vidéo à l'appui où il se mettait en scène, le PDG annonce la commercialisation de sa «superbe terrible idée» à 500 $ pièce. Les casquettes vendues, la production de lance-flammes, malicieusement baptisés «Pas un lance-flammes», démarre. 20 000 appareils – fournis gracieusement avec un extincteur – partent en quatre jours et rapportent 10 millions de dollars.

Toute la philosophie d'Elon Musk semble résumée dans cette anecdote : d'un côté le sérieux – la Boring company réfléchit à construire des tunnels pour lutter contre les embouteillages des grandes villes – et le fantasque, avec des idées folles empruntées à la culture geek, des défis improbables comme ceux que les enfants se lancent. Et entre les deux des réussites spectaculaires que peut afficher ce PDG-Jules Vernes, visionnaire pour les uns, illuminé pour les autres.

Qui aurait parié en 2002 sur la réussite de Space X qui, en moins de 15 ans, est devenu un acteur majeur des lanceurs spatiaux en diminuant fortement les coûts de mise en orbite ? Qui aurait parié, en 2003, que Tesla allait révolutionner la voiture 100 % électrique, face aux mastodontes de l'industrie automobile mondiale, et continue encore, malgré des difficultés, à bousculer les idées reçues sur ce que peut être l'automobile de demain ? En sera-t-il de même avec Hyperloop, ce projet de capsules transportant à 1 000 km/h voyageurs ou marchandises dans des tubes ? En tout cas, l'idée d'un tel moyen de transport – pour lequel Elon Musk n'a déposé aucun brevet, privilégiant l'open source collaboratif – a déclenché une course, de vitesse bien évidemment, entre plusieurs sociétés. Hyperloop One, Hyperloop Transportation Technologies (HTT), et Transpod accélèrent pour être les premières à démontrer la faisabilité technique et le bien-fondé commercial. Et il est heureux de voir que la France, pays pionnier de la grande vitesse qui avait expérimenté dans les années 60 l'Aérotrain de Jean Bertin entre Paris et Orléans, est de la partie : HTT s'est installé à Toulouse-Francazal, Transpod dans le Limousin pour bâtir des tubes d'essais…

Pour l'heure, nul ne sait si les capsules Hyperloop seront un jour réellement opérationnelles à grande échelle, si elles peuvent être compétitives face à des rames de TGV permettant d'atteindre un trafic de 15 000 voyageurs par heure sur un tronçon donné, là où les petites capsules de 40 personnes n'autoriseraient que 4 800 voyageurs par heure. «Hyperloop est un projet à la fois allumé et visionnaire» résumait Guillaume Pépy, président de la SNCF.

Un projet qui pousse la recherche scientifique et technologique à se dépasser et qui doit, aussi, nous interroger sur les conséquences de cette course à la vitesse qui réduit le temps au seul présent. «Le progrès de la vitesse réduit la grandeur du monde», estimait l'urbaniste Paul Virilio, qui avait créé la dromologie, l'étude de la vitesse dans la société. Au-delà de la prouesse technologique, Hyperloop pose ainsi notre rapport à la grandeur du monde.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du 13 octobre 2018)

Posts les plus consultés de ce blog

Symboles

La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'em…

Responsabilité

Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'…

L'alerte

L'enquête sur le complotisme que viennent de publier la Fondation Jean-Jaurès et l'organisme Conspiracy watch est capitale dans le sens où elle permet de mettre des chiffres sur un phénomène ancien dont l'ampleur constitue désormais une réelle menace pour la démocratie, en France comme ailleurs dans le monde.

Jusqu'à présent, les thèses complotistes restaient circonscrites à quelques cercles d'hurluberlus, particulièrement aux Etats-Unis où, au nom du premier amendement de la Constitution qui garantit une absolue liberté d'expression, tout un tas de théories ont pu se développer sans ambages. La Terre est plate, le monde est gouverné par la secte des Illuminati, les Américains ne sont jamais allés sur la Lune, etc.

Une digue contre ces élucubrations avait été bâtie au fil des ans par la classe politique dans sa majorité et par les médias. Cette digue a commencé à se fissurer en 2016 au moment de la campagne électorale présidentielle américaine qui a vu la vict…