Accéder au contenu principal

Lueur d'espoir

cold case

La série télévisée américaine « Cold cases », qui met en scène une équipe de policiers spécialisés dans les affaires classées non résolues, a contribué à sensibiliser le grand public à cette problématique. Mais la réalité dépasse souvent la fiction. Car, aux États-Unis comme en France, ils sont des centaines à attendre, depuis des années, parfois des décennies, que la vérité éclate sur le sort de leur enfant, de leur frère ou sœur, de leurs proches, victimes de crimes non élucidés. Ces familles, parfois oubliées, ont un impérieux besoin de savoir, de comprendre pour pouvoir, peut-être, espérer faire leur deuil. Et elles comptent sur la justice pour que, justement, justice soit rendue.

Leur détresse et la nécessité de retrouver les coupables de crime ont conduit la justice française à se doter d’un dispositif spécial, lancé après l’adoption de la loi pour la confiance dans la justice promulguée en décembre 2021. Depuis bientôt deux ans, un pôle judiciaire dédié aux affaires criminelles non résolues est ainsi en place au tribunal judiciaire de Nanterre. Ce pôle « cold cases », unique en France, est chargé d’instruire les dossiers les plus complexes, impliquant des crimes en série, des disparitions inquiétantes, des meurtres sans cadavre ; autant de dossiers non élucidés après 18 mois d’investigations infructueuses et parfois vieux de plus de 20 ans. Ce pôle dispose de moyens humains – trois magistrats, trois greffiers, un vice-procureur dédiés – et techniques renforcés, notamment grâce à la collaboration avec la Division des Affaires Non Élucidées (Diane), créée au sein du pôle judiciaire de la gendarmerie nationale, à la suite de l’affaire Nordahl Lelandais.

Le bilan du pôle « cold cases », qui a lentement démarré, se heurtant aux insuffisances et au manque de savoir-faire du système judiciaire français – est encourageant. Il a été saisi de 77 procédures et a étudié 222 dossiers la première année. Au 9 novembre 2023, le pôle était saisi de 99 procédures. Plusieurs affaires ont déjà été résolues, grâce à des recoupements, des témoignages, des analyses ADN et le récent procès de Monique Olivier, devant la cour d’assises des Hauts-de-Seine, est le premier qui a découlé du minutieux travail du pôle judiciaire de Nanterre.

Ces succès constituent une lueur d’espoir pour les autres familles, qui n’ont pas renoncé à obtenir des réponses. Elles sont aussi le signe que la justice ne baisse pas les bras, qu’elle continue de chercher la vérité, même quand les pistes semblent épuisées, même quand le temps a effacé les traces.

Le dispositif mis en place peut encore monter en puissance, en augmentant le nombre de magistrats et d’enquêteurs affectés à ces dossiers, en développant les échanges avec les autres juridictions, en renforçant la coopération internationale. Il faut aussi favoriser la participation citoyenne, en incitant les témoins potentiels à se manifester, en créant des plateformes numériques dédiées, en organisant des journées d’information et de sensibilisation. Car le temps reste l’allié des criminels qui sont derrière les cold cases pour échapper à la justice.

(Editorial publié dans La Dépêche du Dimanche du 27 janvier 2024)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a