Accéder au contenu principal

Le choc et la raison

prison

Nordahl Lelandais, condamné à la perpétuité pour le meurtre de la petite Maëlys et à 20 ans de prison pour celui du caporal Arthur Noyer, est devenu père en prison il y a deux mois. L’annonce de cette nouvelle a suscité un choc dans l’opinion et, naturellement, dans les familles des victimes où l’émotion le dispute à la colère. Jennifer de Araujo, la mère de Maëlys, a ainsi fait part de son « écœurement », regrettant que « la castration chimique ne soit pas utilisée en France », tandis que Joachim de Araujo, le père de la fillette, a dit sa légitime incompréhension. « Autoriser un assassin, un tueur d’enfant, un pédophile à donner la vie dans une prison, j’étais loin d’imaginer ça. Je ne comprends pas », a-t-il réagi, bouleversé et s’interrogeant sur l’avenir du petit garçon mis au monde avec « un père qui est en prison, une maman qui n’est sûrement pas très équilibrée ».

Derrière cette situation qui choque, un phénomène et une réalité. Le phénomène, qui n’est pas nouveau, est celui de l’hybristophilie, l’attirance morbide pour les criminels. Ce phénomène, aussi connu sous le nom de « syndrome de Bonnie et Clyde », touche principalement des femmes, qui cherchent à entrer en relation avec des criminels dangereux, violeurs ou meurtriers, souvent en leur écrivant des lettres enflammées et en allant jusqu’à les épouser parfois. Le tueur en série Landru croulait ainsi sous les propositions de mariage avant son procès et a reçu 400 lettres en quatre ans en prison. Certaines de ces femmes sont persuadées de l’innocence de ces criminels qui les fascinent, d’autres fantasment sur la possibilité de les sauver ou de les changer.

Mais il y a aussi la réalité. Celle des unités de vie familiale (UVF), situées dans l’enceinte de la prison, où les relations intimes sont permises. Créés en 2003, ces UVF sont de petits appartements meublés où les détenus peuvent recevoir leurs proches pendant 6 à 72 heures, sans surveillance directe du personnel pénitentiaire. Souvent critiquées par l’opinion publique, qui y voit une forme de privilège accordé aux détenus, ces UVF, qui n’équipent que certains établissements, sont pourtant légitimes car les détenus ont été condamnés à la privation de liberté, pas à la suppression de leurs autres droits fondamentaux, notamment celui d’avoir une vie privée et familiale, reconnu par la Convention européenne des droits de l’homme. Les UVF permettent de maintenir un lien entre les détenus et leurs familles et amis et, au final, participent bien de la prévention de la récidive en facilitant leur future réinsertion sociale.

Aussi choquante soit-elle, la paternité de Lelandais, qui emporte sans doute sa part de détestable provocation, ne saurait remettre en cause un dispositif qui reste conforme à l’État de droit. En revanche, elle doit inciter les pouvoirs publics à davantage soutenir et accompagner les familles des victimes dont la souffrance est toujours ravivée lorsque les condamnés franchissent les étapes de leur détention jusqu’à leur éventuelle remise en liberté.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 20 janvier 2024)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a