Accéder au contenu principal

L'horreur et l'honneur

beltrame

À partir de ce lundi, la France va se replonger dans l’un des pires attentats terroristes islamistes commis sur son sol : les attaques de Carcassonne et Trèbes du 23 mars 2018, qui ont fait quatre morts. Six ans après les tueries perpétrées par Mohamed Merah à Montauban et Toulouse, l’Occitanie avait suivi avec effroi le périple meurtrier de Radouane Lakdim, abattu par le GIGN à l’issue de la prise d’otage au supermarché Super U de Trèbes, et l’acte de courage du gendarme Arnaud Beltrame, qui s’était substitué à une otage, au prix de sa vie.

Comme lors de précédents procès d’actes terroristes dont le ou les auteurs sont morts, la cour d’assises spéciale de Paris va chercher à comprendre comment le projet barbare de Lakdim a pu se concrétiser en jugeant sept de ses proches, six hommes et une femme âgés de 24 à 35 ans. Pour la plupart libres sous contrôle judiciaire, ils comparaissent pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle », et risquent une peine maximale de 30 ans de réclusion.

Une nouvelle fois, sans doute, les débats apporteront la confirmation qu’en matière de terrorisme, la théorie du « loup solitaire » ne tient pas. On voit bien que ceux qui passent à l’acte – qu’ils soient fragiles psychologiquement ou non – sont influencés, radicalisés, orientés, incités ou téléguidés, sur internet ou dans leur quartier, par un aréopage de contacts qui baignent dans ce que Gilles Képel appelle le « jihadisme d’atmosphère ». Aux probables dénégations attendues des accusés, qui diront n’avoir rien su, ni rien vu, ni rien fait pour concourir à l’entreprise terroriste de Lakdim, répondront la dignité, la colère, la force et la résilience des familles des victimes et des rescapés du 23 mars 2018, qui viendront témoigner à la barre de leur incommensurable douleur, de leurs vies brisées et bouleversées à jamais.

Mais le procès des attentats de Carcassonne et Trèbes sera aussi l’occasion de montrer que face à l’horreur du terrorisme peuvent se lever des hommes d’honneur. À Trèbes, c’est le gendarme Arnaud Beltrame qui, ce jour-là, s’est dressé pour dire non. N’écoutant que son courage, cet homme de 44 ans animé par un sens aigu de l’engagement au service de ses concitoyens, n’a écouté que son courage pour se substituer à une otage. Peu importe que son geste s’écartât des rigides procédures, Arnaud Beltrame a estimé qu’à des circonstances exceptionnelles devaient répondre des actes exceptionnels, héroïques, forgés par la bravoure, le sens du devoir et du sacrifice qu’il avait depuis toujours chevillés au corps.

Nul doute que la mémoire d’Arnaud Beltrame planera sur la salle d’audience, et qu’à la fin du procès, quelle qu’elle soit, il restera ce que le directeur général de la Gendarmerie nationale, Richard Lizurey, avait si bien résumé. « Au terroriste, dont personne n’a retenu le nom, l’ombre de l’opprobre, le noir de ses desseins, la nuit où sa mémoire à tout jamais est reléguée. Au colonel Beltrame, la pureté de son engagement, la gloire de son âme généreuse, l’éclat de son geste et de son courage. »

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 22 janvier 2024)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a