Accéder au contenu principal

Urgence

maison

C’est peu dire que la question du logement a été la grande oubliée de la campagne présidentielle. Les candidats avaient bien passé un « grand oral » devant l’Alliance pour le logement, qui réunit France urbaine, l’USH, la Fondation Abbé-Pierre, la Fédération Française du Bâtiment et Intercommunalités de France, pour décliner leurs propositions, mais ce thème s’est retrouvé dépassé par celui du pouvoir d’achat. Début mars, le logement était d’ailleurs en queue de peloton des 15 priorités des Français listées par l’institut Elabe, cité par seulement 8 % d’entre eux, loin derrière le pouvoir d’achat (50 %) ou la santé (41 %). Pour autant, dans le détail, l’enquête montrait que le logement – 3e poste de dépenses des foyers – est une préoccupation fortement corrélée au pouvoir d’achat et que 48 % des Français se disaient prêts à augmenter leur budget logement s’ils le pouvaient.

C’est que la crise Covid a bouleversé le rapport des Français au logement. Ceux qui se sont retrouvés confinés dans de petits appartements dans les grandes villes ont commencé à rêver d’ailleurs, s’imaginant locataires et de plus en plus propriétaires d’un logement plus spacieux avec, pourquoi pas, un jardin, dans un environnement plus préservé où les trajets domicile-travail sont moins longs.

Ce rêve de devenir propriétaire se cogne aujourd’hui à une réalité implacable qui voit l’obtention d’un crédit être de plus en plus complexe. L’incertitude de l’évolution de l’économie impactée par la guerre en Ukraine, la hausse des taux et le durcissement des critères des banques douchent les espoirs de beaucoup de Français. Les banques ont, en effet, rehaussé l’apport que doivent mettre sur la table les emprunteurs, et elles prennent en compte la hausse du coût de l’énergie et des matériaux qui impactent le « reste à vivre » (ce qu’il reste pour vivre après le paiement des crédits) des candidats emprunteurs. Résultat, des dossiers qui seraient passés il y a quelques mois sont désormais refusés.

À cette situation s’ajoutent les difficultés et les défis du marché immobilier français : répondre aux besoins en logements en en construisant et en en rénovant davantage et réussir la transition écologique du bâtiment. Durant la campagne, Emmanuel Macron ne s’est pas déclaré en faveur de « la propriété pour tous » mais plutôt d’un logement pour tous, ce qui peut passer par être locataire du parc social, du parc privé ou propriétaire pour ceux qui le souhaitent et le peuvent. Le chef de l’État réélu place son action pour le logement sous le signe de la continuité par rapport à son premier mandat. Mais les professionnels de l’immobilier et les associations réclament plus. À l’heure où se forme un nouveau gouvernement, un vrai ministère de la Ville ou de l’Habitat paraît plus qu’indispensable, urgent.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 5 mai 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio