Accéder au contenu principal

Bonne route

 

Photo Vinci autoroutes

Le long week-end de l’Ascension va lancer sur les routes de France des milliers d’automobilistes en partance pour quelques jours de repos en famille ou entre amis. Et une bonne part d’entre eux va utiliser le réseau autoroutier français, l’un des plus sûrs d’Europe. Ce premier départ massif, qui préfigure les grands chassés-croisés de l’été, est peut-être l’occasion de réfléchir collectivement, à l’heure de la transition et de la planification écologiques, comment nous nous déplaçons, ce qui suppose de se pencher sur les infrastructures, les véhicules et les automobilistes.

Concernant les infrastructures, l’entretien des quelque 12 000 kilomètres d’autoroutes, dont 9 000 sont à péage, est une priorité majeure. Refaire les revêtements, les terre-pleins, les aires, améliorer les signalisations ou élargir les voies : les travaux sont colossaux. Par exemple, le Plan de Relance Autoroutier (PRA) signé en 2015 entre le gouvernement et les principaux concessionnaires autoroutiers a acté un vaste programme d’investissement de 3,27 milliards d’euros, supporté par les sociétés d’autoroutes. Si ces travaux, parfois très longs voire retardés – comme sur l’A61 entre Toulouse et Narbonne – agacent légitimement les automobilistes qui aimeraient une compensation sur le prix du péage, ils sont d’autant plus nécessaires qu’ils contribuent aussi dans certaines régions, dont la nôtre, à un rattrapage en termes d’offre et de qualité des infrastructures par rapport à des régions qui, historiquement, étaient mieux dotées. Le doublement de l’A9 à Montpellier, le passage en 2 fois 3 voies sur l’A61 ou encore la future autoroute Castres-Toulouse sont autant de chantiers qui ont été ou sont encore très attendus en Occitanie…

La seconde réflexion concerne les véhicules qui empruntent le réseau autoroutier et qui sont amenés à connaître des bouleversements. À l’heure où la voiture électrique connaît un spectaculaire engouement – les ventes ont doublé en 2021 selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie paru lundi – il conviendra d’adapter les infrastructures autoroutières pour permettre à ces véhicules de pouvoir recharger leurs batteries. La réflexion sur la conduite autonome (partielle puis totale) sera aussi l’occasion de repenser notre façon de concevoir nos déplacements autoroutiers.

Enfin, la réflexion doit aussi porter sur les automobilistes eux-mêmes et leur comportement. Si l’autoroute est sûre, les conducteurs ne sont parfois, eux, sûrs de rien… La publication hier du 12e « Baromètre de la conduite responsable » de la Fondation Vinci Autoroutes est à cet égard édifiante : 84 % des conducteurs admettent qu’il leur arrive de quitter la route du regard pendant plus de 2 secondes (soit l’équivalent, à 130 km/h, d’au minimum 72 mètres parcourus à l’aveugle !), 74 % des Français utilisent leur smartphone au volant et 46 % continuent à conduire alors qu’ils se sentent très fatigués… Edifiant ! Alors à la veille d'un long week-end, qu'il y ait ou non des travaux sur son trajet, c'est bien la vigilance qui doit être de mise pour être sûr de faire bonne route.

(Editorial publié dans La Dépêche du Mii du mercredi 25 mai 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en