Accéder au contenu principal

Pollenpocalypse

pollen

Depuis deux ans, nous avons souvent observé une carte de France qui est souvent devenue rouge voire écarlate au fur et à mesure qu’évoluaient les contaminations au Covid-19. Mais nombre de Français ont aussi scruté une autre carte de France, celle du risque d’allergie aux pollens, réalisée depuis 1996 par le réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA). Actuellement, cette carte est toute rouge, 90 des 96 départements étant concernés par un risque d’allergie élevé qui devrait le rester encore plusieurs semaines en raison de conditions météorologiques très favorables à l’émission et la dispersion des fortes concentrations de pollens de graminées dans l’air. Mais au-delà des graminées, ambroisies, aulne, bouleau, charme, frêne, peuplier, platane ou même olivier sont pour de nombreux Français non pas seulement des beautés de la nature mais la source de tourments qui les épuisent en provoquant asthme, rhinite ou rhume des foins, conjonctivite, eczéma, urticaire voire choc anaphylactique.

Autant dire qu’avec un tiers de Français qui sont touchés par les allergies, selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), les allergies sont bien un vrai problème de santé publique d’autant que les spécialistes tablent sur la moitié de la population impactée d’ici 2050…

Cette hausse de personnes touchées par les allergies est à mettre en regard avec la profusion de pollens dans l’atmosphère, dont certains, transportés par le vent, contiennent des protéines reconnues par le système immunitaire humain comme étant des allergènes. La quantité de pollen est telle que l’on parle parfois de pollenpocalypse, un néologisme né après un épisode fameux survenu en 2019 dans l’État américain de Caroline du Nord qui a vu la ville de Durham submergée par un nuage de pollens.

Comment expliquer ces phénomènes ? Peut-être – mais pas seulement – par le réchauffement climatique. La hausse des températures, en effet, stimule certains végétaux et augmente ainsi les quantités de pollen produit, et donc les quantités d’allergènes. Autre conséquence de la hausse des températures, le démarrage plus précoce de l’apparition des pollens et donc une période beaucoup plus longue à supporter pour les personnes qui sont sensibles. Enfin, le réchauffement climatique bouleverse les écosystèmes et les zones de présences des plantes. Par exemple les ambroisies, ces plantes opportunistes envahissantes dont le pollen est hautement allergisant pour l’Homme, voient leur aire de répartition augmenter d’année en année. Importée d’Amérique du Nord, l’ambroisie fait aujourd’hui l’objet de programmes de lutte mondiaux et européens. En France, la lutte contre l’ambroisie est inscrite dans le 3e Plan national santé-environnement. Un rapport publié dans Nature prévoit une extension des zones de l’ambroisie et une multiplication par quatre des concentrations atmosphériques de pollen d’ambroisie d’ici à 2050 en Europe.

Autant dire que les allergies qui nous affectent constituent un signal supplémentaire pour agir contre le réchauffement climatique…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 28 mai 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan