Accéder au contenu principal

La clé du conflit

ukraine


L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis longtemps de ramener à la situation simple des blocs est-ouest de la Guerre froide, telle que l’avait connue ce maître-espion du KGB dans la puissante URSS, a bien changé. De fait, les plans de Poutine se sont effondrés les uns après les autres.

Militairement, il s’est heurté à l’incroyable résistance des soldats et du peuple ukrainiens galvanisés par le président Volodymyr Zelensky, cet ancien acteur devenu héros national, en même temps que son armée subissait d’humiliantes pertes, humaines et matérielles, et voyait sa progression freinée par des dysfonctionnements logistiques majeurs. Poutine pensait aussi effrayer l’Otan voire l’entraîner dans le conflit pour justifier sa guerre. Il a au contraire ressuscité l’Alliance atlantique qu’Emmanuel Macron jugeait en mort cérébrale : elle se tient à distance mais livre des armes essentielles aux Ukrainiens, et la Suède et la Fnlande sont désormais candidates pour y adhérer.

Diplomatiquement, il pensait diviser les Européens, cette union à 27 dont nombre de pays sont dépendants de son gaz et de son pétrole. Rarement l’Europe aura au contraire été aussi unie pour adopter des sanctions visant la Russie. Et même s’il reste encore des divergences sur un embargo strict des importations d’énergies russes, la réponse européenne a été rapide et ferme.

Économiquement, Poutine s’était préparé depuis 2014 à faire face à de nouvelles sanctions et force est de constater que celles visant les banques, l’économie ou les oligarques n’ont pas totalement grippé l’économie russe. Mais sur le long terme, surtout si un embargo sur les énergies entre en vigueur, la Russie se trouvera de plus en plus isolée.

Médiatiquement enfin, dans la guerre d’image qui l’oppose à Volodymyr Zelensky, Poutine a perdu la partie. Le président ukrainien, qui maîtrise comme personne sa communication destinée au monde ou à sa population, est devenu le défenseur n° 1 de la liberté et de la démocratie. Le président russe au contraire s’enferme dans les images d’une propagande orchestrée de main de fer en Russie, mais qui commence à se lézarder, ce qui est mauvais signe pour les dictatures…

Dès lors, les jours à venir sont capitaux : en concentrant tous ses efforts sur le Donbass, Poutine pourrait décrocher enfin une victoire. Voudra-t-il alors s’asseoir à la table des négociations pour mettre un terme à l’ «opération spéciale » ? Ou prolonger encore une guerre qu’il n’est pas sûr de gagner ? Malgré tous ses échecs, Vladimir Poutine est bien le seul à détenir la clé de la fin du conflit.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 27 mai 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en