Accéder au contenu principal

La leçon du vaccin

vaccin
Photo DDM Laurent Dard

Qu’il semble loin le temps où, au lancement de la campagne de vaccination contre le Covid-19, fin 2020, le gouvernement se retrouvait face à un mur de défiance de la part des Français. Pourtant patrie de Pasteur, le pays s’affichait alors comme l’un des plus rétifs aux vaccins. Pour passer de la défiance à la confiance, il a fallu déployer des trésors de pédagogie et de patience face à la minorité aussi organisée que très bruyante des opposants, ces antivax dont une partie versait dans les thèses complotistes les plus folles et criait rien moins qu’à la « dictature sanitaire » quand il s’agissait simplement de faire acte de solidarité. Pour rassurer, le gouvernement avait même missionné un collectif citoyen sur la vaccination…

Face aux doutes légitimes d’une partie de la population, Emmanuel Macron, Jean Castex et Olivier Véran côté politique, Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique Covid-19, Alain Fischer, président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale et l’écrasante majorité des spécialistes et médecins ont expliqué les avantages de ces vaccins, notamment ceux fonctionnant avec l’ARN messager, à savoir qu’ils évitent les formes graves de la maladie et concourent à l’immunité collective de la population. Des explications réitérées à chaque vague, à chaque variant de Delta à Omicron…

Après des débuts chaotiques par rapport à certains de nos voisins européens, l’arrivée des doses au compte-goutte et la difficulté à prendre des rendez-vous, la campagne vaccinale française est montée en puissance – notamment grâce aux vaccinodromes puis aux décisions d’Emmanuel Macron durcissant les conditions d’obtention du pass sanitaire – et a largement convaincu les Français. Elle a aussi montré le rôle important des collectivités, de la médecine de ville et des start-up de la santé. Au final, avec un taux de couverture vaccinale actuel de 80,6 % de Français ayant reçu au moins une dose de vaccin, et 79,3 % toutes les doses requises, la France se classe dans le top 10 des meilleurs élèves.

L’engouement actuel pour recevoir la seconde dose de rappel (la 4e dose au total) est la confirmation que la stratégie française, aussi critiquable soit-elle sur certains aspects, a été la bonne, même s’il reste encore 19 % de la population non-vaccinée. Plus largement, c’est bien la stratégie européenne, entre restrictions sanitaires et mutualisation des achats de vaccins, qui s’est avérée pertinente.

De quoi rasséréner les gouvernements des pays de l’Union européenne qui, tous, depuis l’émergence de l’épidémie, ont essuyé des critiques virulentes d’une partie de leurs populations qui citaient en exemple, entre autres, la stratégie « zéro Covid » des pays asiatiques. Aujourd’hui, ces pays – dont la Chine qui affronte sa pire flambée épidémique depuis le printemps 2020 – restent arc-boutés sur cette stratégie aux conséquences liberticides, dont l’Organisation mondiale de Santé vient de dire qu’elle « n’est pas soutenable ».

En s’adaptant sans cesse, en coopérant, en faisant œuvre de pédagogie, de transparence et de résilience, les pays occidentaux ont réussi à contrôler cette épidémie. Une leçon pour l’avenir.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 13 mai 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio