Accéder au contenu principal

L'équation de Matignon

Matignon

Lorsqu’Emmanuel Macron a été élu en 2017 sur le mantra du « en même temps », le jeune président « et de droite et de gauche » avait devant lui un vaste champ des possibles. Ne disposant pas de compagnons de route qui l’auraient accompagné pendant des décennies comme ce fut le cas pour tous ses prédécesseurs, Emmanuel Macron, libre et disruptif, surprit son monde en choisissant un parfait inconnu du grand public : le maire Les Républicains du Havre, Edouard Philippe. Trois ans plus tard, pour impulser un nouveau souffle censé incarner l’après-Covid et surtout pour stopper l’insolente popularité d’Edouard Philippe qui dépassait la sienne, Emmanuel Macron a encore une fois surpris tout le monde en choisissant, en juillet 2020, l’exact contraire de son Premier ministre : Jean Castex, certes haut fonctionnaire efficace connaissant les arcanes du pouvoir sur le bout des doigts, mais surtout élu local de droite madré à l’accent chantant.

Jamais deux sans trois et Emmanuel Macron, qui travaille depuis le lendemain de sa réélection à la constitution du premier gouvernement de son second quinquennat, devrait, une fois encore, surprendre les Français. Le Président, qui n’aime rien tant qu’être là où on ne l’attend pas, doit d’ailleurs s’amuser de l’agitation politico-médiatique qui, depuis dimanche 24 avril, se perd en pronostics pour savoir qui ira à Matignon. Au gré de ses déplacements, Emmanuel Macron distille avec gourmandise quelques indices sur les caractéristiques du profil recherché, « attaché à la question sociale, à la question environnementale et à la question productive », avant de brouiller les pistes en rappelant que « Jean Castex venait de la droite. Il a mené une des politiques les plus sociales des dernières décennies »…

Mais le portait chinois que dessine le Président et qui s’apparente pour tous les prétendants rêvant du poste à un supplice chinois – qui est aussi imposé aux Français – masque un véritable casse-tête. Après cinq ans de pouvoir, des crises majeures qui ne sont pas encore terminées et un pays fracturé comme jamais avec un niveau de défiance envers la politique rarement atteint, l’équation de Matignon est plus complexe que jamais pour un Président qui rechigne à déléguer. Le futur locataire de Matignon devra être une personnalité à la fois capable d’incarner la « nouvelle méthode » de gouvernance promise par Emmanuel Macron, être suffisamment consensuelle et rassembleuse pour apaiser le pays, douée d’une vraie capacité d’écoute pour les Français, les corps intermédiaires et les élus locaux, maîtriser tous les dossiers, mais aussi être le chef d’une majorité présidentielle qui pourrait être aussi diverse que pléthorique. Et surtout, le Premier ministre doit avoir la totale confiance du Président et ne pas lui faire de l’ombre… On comprend dès lors que trouver la perle rare relève du défi.

Il y a en revanche un élément qu’Emmanuel Macron pourrait privilégier : nommer une femme à Matignon. Même s’il souhaite privilégier avant tout les compétences, le Président, qui s’y était dit favorable, ne peut pas ignorer que l’idée fait son chemin dans l’opinion. Une génération après Edith Cresson, il est effectivement plus que temps de franchir le cap.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 2 mai 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio