Accéder au contenu principal

La bataille de l'opinion

vaccin

"Les vaccins contre le Covid-19 ont été développés trop vite, on ne peut pas leur faire confiance", "on n’a pas assez de recul", "des personnes vaccinées sont contaminées et hospitalisées, donc le vaccin n’est pas efficace", "les effets secondaires sont trop importants", "les vaccins à ARN messager modifient notre code génétique, ils peuvent provoquer des cancers" : autant d’arguments qui ne s’appuient sur aucune base scientifique ou simplement sur des faits vérifiés, que l’on entend depuis des mois de la part des antivax, les personnes opposées à la vaccination anti-Covid voire à toute forme de vaccination, et que l’on a encore pu lire sur des pancartes ou entendre dans les cortèges des manifestations samedi.

Des arguments répercutés sur les réseaux sociaux que le gouvernement et la communauté scientifique ont bien du mal à contrecarrer. "Nous sommes une grande Nation. Une Nation de Science, celle des Lumières, de Louis Pasteur. Alors quand la science nous offre les moyens de nous protéger, nous devons les utiliser avec confiance dans la raison et dans le progrès", déclarait Emmanuel Macron le 12 juillet dernier en annonçant la vaccination obligatoire pour les soignants et l’extension du pass sanitaire. Mais si l’allocution présidentielle s’est traduite par une forte hausse de prises de rendez-vous vaccinaux, elle ne semble avoir eu aucun effet sur les antivax. Idem pour les nombreuses études scientifiques qui, depuis l’autorisation des vaccins, détaillent, chiffres à l’appui, le caractère minime des effets indésirables par rapport à l’immense bénéfice que constituent les vaccins, y compris ceux à ARN, une technologie sur laquelle les chercheurs travaillent depuis plus de 15 ans.

Cette défiance par rapport à la parole politique et scientifique peut s’expliquer par l’affaire des masques au début de l’épidémie ou par les récents scandales sanitaires – Lévothyrox, Mediator – qui ont gravement entaché le lien de confiance entre ces institutions et la population. Raison de plus pour engager aujourd’hui la bataille de l’opinion, non pas pour convaincre les anti-vaccins les plus radicaux – c’est illusoire – mais pour ramener aux faits vérifiés des Français qui, légitimement, en toute bonne foi, ont des doutes sur les vaccins anti-Covid. Ces Français sceptiques méritent d’être considérés plutôt que conspués et doivent disposer d’informations fiables, vérifiés et accessibles.

Il est plus que temps – et le gouvernement semble en avoir mesuré l’importance – d’engager un combat contre tous les charlatans, les pseudo-experts toutologues, les complotistes et ceux qui exploitent les peurs à des fins politiciennes, qui ont eu et ont encore micro ouvert sur certaines chaînes d’information en continu, ou qui profitent de la complaisance des réseaux sociaux qui ont laissé émerger et laissent encore perdurer des torrents de fake news. Le phénomène n’est d’ailleurs pas propre à la France ; récemment, le président américain Joe Biden a accusé Facebook de "tuer des gens" en laissant se propager de la désinformation sur le vaccin et l’épidémie.

Que des questions sur les vaccins se posent, que l’on débatte sur le dispositif du pass sanitaire, sur l’étendue des restrictions et contraintes est légitime et même indispensable en démocratie. Mais ce débat ne peut se faire que sur une base admise par tous, le socle commun de la vérité des faits.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 26 juillet 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en