Accéder au contenu principal

La bataille de l'opinion

vaccin

"Les vaccins contre le Covid-19 ont été développés trop vite, on ne peut pas leur faire confiance", "on n’a pas assez de recul", "des personnes vaccinées sont contaminées et hospitalisées, donc le vaccin n’est pas efficace", "les effets secondaires sont trop importants", "les vaccins à ARN messager modifient notre code génétique, ils peuvent provoquer des cancers" : autant d’arguments qui ne s’appuient sur aucune base scientifique ou simplement sur des faits vérifiés, que l’on entend depuis des mois de la part des antivax, les personnes opposées à la vaccination anti-Covid voire à toute forme de vaccination, et que l’on a encore pu lire sur des pancartes ou entendre dans les cortèges des manifestations samedi.

Des arguments répercutés sur les réseaux sociaux que le gouvernement et la communauté scientifique ont bien du mal à contrecarrer. "Nous sommes une grande Nation. Une Nation de Science, celle des Lumières, de Louis Pasteur. Alors quand la science nous offre les moyens de nous protéger, nous devons les utiliser avec confiance dans la raison et dans le progrès", déclarait Emmanuel Macron le 12 juillet dernier en annonçant la vaccination obligatoire pour les soignants et l’extension du pass sanitaire. Mais si l’allocution présidentielle s’est traduite par une forte hausse de prises de rendez-vous vaccinaux, elle ne semble avoir eu aucun effet sur les antivax. Idem pour les nombreuses études scientifiques qui, depuis l’autorisation des vaccins, détaillent, chiffres à l’appui, le caractère minime des effets indésirables par rapport à l’immense bénéfice que constituent les vaccins, y compris ceux à ARN, une technologie sur laquelle les chercheurs travaillent depuis plus de 15 ans.

Cette défiance par rapport à la parole politique et scientifique peut s’expliquer par l’affaire des masques au début de l’épidémie ou par les récents scandales sanitaires – Lévothyrox, Mediator – qui ont gravement entaché le lien de confiance entre ces institutions et la population. Raison de plus pour engager aujourd’hui la bataille de l’opinion, non pas pour convaincre les anti-vaccins les plus radicaux – c’est illusoire – mais pour ramener aux faits vérifiés des Français qui, légitimement, en toute bonne foi, ont des doutes sur les vaccins anti-Covid. Ces Français sceptiques méritent d’être considérés plutôt que conspués et doivent disposer d’informations fiables, vérifiés et accessibles.

Il est plus que temps – et le gouvernement semble en avoir mesuré l’importance – d’engager un combat contre tous les charlatans, les pseudo-experts toutologues, les complotistes et ceux qui exploitent les peurs à des fins politiciennes, qui ont eu et ont encore micro ouvert sur certaines chaînes d’information en continu, ou qui profitent de la complaisance des réseaux sociaux qui ont laissé émerger et laissent encore perdurer des torrents de fake news. Le phénomène n’est d’ailleurs pas propre à la France ; récemment, le président américain Joe Biden a accusé Facebook de "tuer des gens" en laissant se propager de la désinformation sur le vaccin et l’épidémie.

Que des questions sur les vaccins se posent, que l’on débatte sur le dispositif du pass sanitaire, sur l’étendue des restrictions et contraintes est légitime et même indispensable en démocratie. Mais ce débat ne peut se faire que sur une base admise par tous, le socle commun de la vérité des faits.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 26 juillet 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio