Accéder au contenu principal

Peace, nature and love

 

hippie

Il y a un peu plus de 50 ans, dans un monde occidental corseté par les conservatismes et les interdits et plus particulièrement dans une Amérique patriarcale et matérialiste, sûre de ses valeurs face au bloc soviétique mais pratiquant la ségrégation raciale, et qui allait s’enliser dans la guerre du Vietnam, naissait un mouvement totalement inédit : celui des hippies. « Peace and love », paix et amour proclamaient les jeunes gens d’une génération éprise de liberté et d’émancipation individuelle et collective, abhorrant la guerre, avide de nouvelles expériences, de libération sexuelle, de lectures puissantes et de nouvelles musiques. Bref d’un nouveau monde. 

Cette révolution du « flower power » née aux Etats-Unis, cette idée qu’une autre société était possible – et souhaitable – allait essaimer partout dans le monde, entraînant avec elle toute une jeunesse en pantalon patte d’éléphant, chemise à fleurs et cheveux longs, de WoodStock à Mai-68, des plateaux de Katmandou à ceux du Larzac, des vallées de l’Ariège aux plages d’Ibiza, des communautés aux bancs des universités.

La fin de la guerre du Vietnam en 1975 correspondit au déclin du mouvement qui a vu sa contre-culture finalement avalée par un système économique capitaliste toujours prompt à recycler ce qui fait le succès de l’air du temps. Une récupération d’autant plus facilitée que certains des libertaires d’alors sont devenus de parfaits libéraux…

Dès lors que reste-t-il aujourd’hui du mouvement hippie ? Au-delà de son incontestable apport culturel mais de son échec politique à radicalement transformer la société, il perdure l’un des aspects qui le cimenta : le rapport de l’homme à la nature. Un rapport qui, hier secondaire, est devenu l’une des préoccupations majeures de la société, à l’heure où les conséquences du réchauffement climatique et donc de la responsabilité écologique de l’Homme sont devenues incontournables. 

Ainsi, à défaut de réels héritiers – les bobos, les hipsters, les écolos, les vegans le sont-ils vraiment ? – le mouvement hippie a laissé en héritage cette question environnementale qui aura bien besoin de paix et d’amour pour se régler.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 31 juillet 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan