Accéder au contenu principal

Néo-colbertisme

© Guillaume Serpault / Aéroport Toulouse-Blagnac


En renonçant à vendre les 10,01 % des parts de la société gestionnaire de l'aéroport de Toulouse-Blagnac à Casil Europe – le consortium chinois à qui il avait déjà cédé 49,99 % de ses parts il y a trois ans –, l'État français donne-t-il un signal ? En écartant toute privatisation pour l'aéroport toulousain, 5e plateforme aéroportuaire du pays, le gouvernement livre-t-il une clé de compréhension de sa politique industrielle à venir ? En tout cas cette décision, qui réjouit bien sûr les acteurs institutionnels publics de la région, montre que, face aux appétits étrangers (ou privés) pour les fleurons publics français et aux chantres du libéralisme le plus débridé, d'autres voies sont possibles.

L'épilogue toulousain remet aussi sur le devant de la scène deux sujets brûlants : d'une part la préservation des actifs stratégiques de la France ; et d'autre part le comportement que doit adopter l'État actionaire. Doit-il être fortement impliqué ou simple régulateur ? Concernant les secteurs stratégiques où les investissements étrangers sont soumis à autorisation ministérielle, et que les ultralibéraux rêvent de voir réduits à la portion congrue, des avancées avaient été faites en 2014. Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif et chantre du «made in France», avait sensiblement élargi le champ d'application de la réglementation en l'étendant à de nouveaux secteurs comme l'eau, l'énergie, les communications électroniques, la santé publique et aussi les transports. Sur ces activités, l'État a un logique droit de regard, qui pourrait d'ailleurs encore s'élargir. Lors du salon de l'Agriculture, Emmanuel Macron n'a-t-il pas assuré au monde pays an que les terres agricoles sont « un investissement stratégique dont dépend notre souveraineté » ? Alors même que le groupe chinois Hongyan venait d'acquérir plusieurs centaines d'hectares dans l'Indre et dans l'Allier !

Conscient de l'extrême sensibilité de l'opinion sur ces questions de souveraineté économique et des polémiques politiques qui peuvent en découler, le chef de l'État semble avoir évolué. Celui que ses contempteurs dépeignent souvent comme le Président de la «mondialisation heureuse» avait déjà nuancé sa vision lors du sommet de Davos. Devant un parterre de grands patrons de multinationales, il avait estimé qu'« il faut redonner un sens à la mondialisation. »

Et le Président français de réclamer alors un « nouveau contrat mondial » destiné à « partager, investir et protéger ». Partisan du libre-échange plutôt que du protectionnisme illusoire d'un Donald Trump, Emmanuel Macron entend ainsi dessiner les contours de ce qu'il avait déjà esquissé lorsqu'il était à Bercy : créer un « État stratège » et un « État actionnaire fort » qui privilégie les participations dans les entreprises stratégiques, et regarde, au cas par cas, ses autres participations, dont la gestion est régulièrement critiquée par la Cour des comptes. C'est sur ce chemin de crête qu'Emmanuel Macron entend développer ce que l'on pourrait appeler un nouveau colbertisme.

(Editorial publié dans La Dépêche du mercredi 28 février 2018)

Posts les plus consultés de ce blog

Si loin, si proche

Depuis 20 ans et l'incroyable développement des compagnies aériennes low cost comme Easyjet ou Ryanair, les Français, tout comme leurs homologues européens, découvrent le monde à moindre coût. Là où, pour nos parents et grands parents, les premiers congés payés se traduisaient par des départs familiaux aussi aventureux que joyeux vers la mer, l'océan, la campagne ou la montagne, tout en restant bien dans l'Hexagone, les générations suivantes, et notamment celles d'Erasmus, peuvent aujourd'hui s'offrir d'un clic sur internet des séjours à l'étranger tout compris. Et de plus en plus loin. C'est que les compagnies low cost ne se contentent plus de vols au cœur du Vieux continent ou vers les rivages de l'autre côté de la Méditerranée. Elles visent désormais les vols long-courriers, et notamment les vols transatlantiques entre l'Europe et les États-Unis.

Pour autant, l'aventure ne peut-elle être qu'à des milliers de kilomètres de chez so…

F(r)acture sociale

Les hasards du calendrier font parfois s'entrechoquer les événements, parvenant à les éclairer souvent, à en multiplier la force quelques fois. Alors que le mouvement des Gilets jaunes bloque ronds-points et bretelles d'autoroute depuis deux semaines pour réclamer davantage de pouvoir d'achat et moins de taxes, une étude réalisée par l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), publiée le 20 novembre, indique que le revenu disponible des ménages – ce qui reste aux ménages une fois déduits les impôts et les cotisations – aurait baissé en moyenne de 440 euros en France entre 2008 et 2016. Une perte qui avoisine quelque 160 euros pour les 5 % de foyers les plus modestes et 2 500 euros pour les 5 % les plus aisés.

Les auteurs de l'étude se sont concentrés exclusivement sur l'impact des réformes sociales et fiscales mises en place sous les deux précédents quinquennats, les évolutions démographiques et celles du marché du travail. Il en ressort que l…

Sous le soleil

S'il est bien un mythe qui traverse l'histoire de l'Humanité, c'est bien le mythe solaire. Râ et Aton dans l'Égypte antique, Hélios dans le panthéon grec, Sol dans la mythologie romaine, ou encore Huitzilopochtli chez les Aztèques : le soleil déifié a accompagné de tout temps les hommes dans leur vie quotidienne, rythmant leurs journées et les saisons, apportant la vie avec son immense énergie, inépuisable, renouvelable. La seule dont a disposé l'humanité avant que celle-ci ne découvre le charbon, le gaz puis l'atome. En ce début de XXIe siècle, c'est donc comme un retour aux sources qu'opère l'Humanité en investissant de plus en plus dans cette énergie solaire millénaire en passe de devenir un enjeu majeur, à la fois énergétique, technologique, environnemental et géopolitique.

Face au réchauffement climatique et à l'urgence de limiter les émissions polluantes de gaz à effet de serre ou de CO2, les pays participants à la COP 21 en décembre …