Accéder au contenu principal

Sortir de sa bulle

debat


Le Grand débat national qui a été lancé hier dans l'Eure par Emmanuel Macron sera-t-il une « invention démocratique » selon l'expression du philosophe Bernard-Henri Lévy, une «agora où peuvent advenir le combat des idées et la conquête de nouveaux droits» ? Ou bien l'Histoire n'en retiendra-t-elle qu'un artifice de communication d'un exécutif aux abois, qui n'aura été le prélude qu'à une nouvelle crise politique et institutionnelle plus dure encore que celle ouverte par les Gilets jaunes il y a deux mois ? Impossible pour l'heure de faire un tel pronostic sur cet outil inédit dans la Ve République. Un outil dont la mise en œuvre soulève presque autant de questions que n'en contenait la lettre aux Français d'Emmanuel Macron.

Qui seront, vendredi, les cinq personnalités qui composeront le collège des garants de l'indépendance et de l'impartialité du Grand débat ? Les ministres Emmanuelle Wargon et Sébastien Lecornu – qui ne sont pas à l'abri d'une polémique analogue à celle qui a empêché Chantal Jouanno – pourront-ils animer ce Grand débat en étant finalement juge et partie ? S'il n'y a pas de questions interdites selon le mot du chef de l'Etat, la ligne rouge tracée autour de l'ISF pourra-t-elle être tout de même franchie, comme il l'a laissé entendre hier? Comment se fera le tri dans les milliers de doléances recueillies sur internet ou lors des réunions locales ? Et qu'en retiendra au final le gouvernement dans deux mois ? Autant de questions qui restent en suspens.

Il en est une, pourtant, plus capitale que d'autres : quelle sera la participation des Français ? Répondront-ils à l'invitation du Grand débat pour faire de celui-ci la respiration démocratique qui, d'évidence, manque au système du quinquennat depuis que présidentielles et législatives se suivent sans qu'il n'y ait de vote intermédiaire.

Après deux mois de crise des Gilets jaunes, il est capital que cette participation soit massive et que chacun, pour cela, écoute l'autre et sorte, enfin, de sa bulle.

Bulle de filtre des réseaux sociaux pour les Gilets jaunes. Depuis novembre, les manifestants qui s'organisent avec succès sur Facebook se sont comme enfermés dans un monde parallèle où circulent des informations n'allant que dans leur sens et une quantité incroyable de fake news et de théories complotistes. Les Gilets jaunes, dont la majorité porte des revendications légitimes, doivent sortir de leur bulle, accepter la contradiction et la critique. Et, eux qui réclament plus de démocratie directe, se confronter au débat d'idées.

Le gouvernement et la majorité présidentielle doivent, eux aussi, sortir de leur bulle. Et concevoir que la Ve République est une démocratie représentative qui tire sa légitimité du peuple et non pas une épistocratie, c'est-à-dire un régime politique qui puise sa légitimité dans le seul savoir des experts… Emmanuel Macron et sa majorité doivent se défaire des seuls conseils de ces derniers, écouter et surtout entendre les doléances qui s'exprimeront dans le Grand débat.

Seul cet effort partagé de part et d'autre fera du Grand débat un potentiel succès démocratique. Chacun doit aujourd'hui lui donner sa chance.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 16 janvier 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…