Accéder au contenu principal

Equlibre

casseurs


Le sens de l'Etat demande, on le sait, beaucoup de sang-froid, et s'accommode mal de la précipitation. On se souvient qu'aux plus belles heures du quinquennat de Nicolas Sarkozy, le moindre fait divers tragique ayant ému l'opinion se traduisait les semaines suivantes par l'annonce d'une nouvelle loi… En voulant répondre aux violences – contre les commerces, les bâtiments publics et les forces de l'ordre – qui émaillent les manifestations de Gilets jaunes chaque samedi depuis le 17 novembre dernier, le gouvernement est bien évidemment dans son rôle. Mais il aurait sans doute dû y réfléchir à deux fois avant de reprendre à son compte – pour gagner du temps et rassurer les Français – une proposition de loi de la droite sénatoriale, rédigée par des parlementaires tenants de la ligne du «toujours plus» en matière sécuritaire. Voté par le Sénat en octobre 2018, ce texte, qui se voulait une réponse aux «Black blocs», a été écrit par Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains et l'un des plus virulents opposants à Emmanuel Macron. La proposition de loi avait à l'époque été considérée à gauche comme attentatoire aux libertés publiques, et les sénateurs marcheurs avaient d'ailleurs voté contre.

Dès lors le texte qui est arrivé hier dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale impose un délicat exercice d'équilibrisme : au sein même de la majorité présidentielle d'abord, où nombreux sont ceux qui, mal à l'aise, ont souligné les limites et les risques d'inconstitutionnalité du texte. De leur côté, les députés de gauche le jugent liberticide et la droite reste, forcément, sur sa faim. Car le texte a été méticuleusement détricoté ces derniers jours en commission des Lois à majorité LREM. Reste que ce texte polémique comporte encore de nombreuses dispositions qui posent question : les interdictions préventives de manifester qui pourront être prises par les préfets sur la simple base de soupçons, la création d'une sous-catégorie au fichier des personnes recherchées (FPR), celui-là même qui comprend les fichés S, ou encore la création de périmètres de sécurité. Autant de sujets aussi sensibles que difficiles à mettre en œuvre : quels seront les recours, le rôle des magistrats, la faisabilité de mise en œuvre par les forces de l'ordre ?

Le Premier ministre s'est défendu à plusieurs reprises de vouloir porter atteinte à la liberté de manifester et on peut bien évidemment lui en donner acte, Edouard Philippe étant un démocrate avéré. Mais la loi, fut-elle de circonstance, s'inscrit dans le temps long. Quel usage pourrait en faire, par exemple, face à ses opposants politiques, l'extrême-droite si elle parvenait au pouvoir ? Cette question s'était déjà posée lors de l'examen des législations antiterroristes durant le quinquennat de François Hollande. Aujourd'hui, il appartient aux députés de trouver le point d'équilibre entre sécurité et liberté, sachant comme le disait Benjamin Franklin qu'« un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux. »

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 30 janvier 2019).

Posts les plus consultés de ce blog

Si loin, si proche

Depuis 20 ans et l'incroyable développement des compagnies aériennes low cost comme Easyjet ou Ryanair, les Français, tout comme leurs homologues européens, découvrent le monde à moindre coût. Là où, pour nos parents et grands parents, les premiers congés payés se traduisaient par des départs familiaux aussi aventureux que joyeux vers la mer, l'océan, la campagne ou la montagne, tout en restant bien dans l'Hexagone, les générations suivantes, et notamment celles d'Erasmus, peuvent aujourd'hui s'offrir d'un clic sur internet des séjours à l'étranger tout compris. Et de plus en plus loin. C'est que les compagnies low cost ne se contentent plus de vols au cœur du Vieux continent ou vers les rivages de l'autre côté de la Méditerranée. Elles visent désormais les vols long-courriers, et notamment les vols transatlantiques entre l'Europe et les États-Unis.

Pour autant, l'aventure ne peut-elle être qu'à des milliers de kilomètres de chez so…

Symboles

La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'em…

Responsabilité

Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'…