Accéder au contenu principal

Equlibre

casseurs


Le sens de l'Etat demande, on le sait, beaucoup de sang-froid, et s'accommode mal de la précipitation. On se souvient qu'aux plus belles heures du quinquennat de Nicolas Sarkozy, le moindre fait divers tragique ayant ému l'opinion se traduisait les semaines suivantes par l'annonce d'une nouvelle loi… En voulant répondre aux violences – contre les commerces, les bâtiments publics et les forces de l'ordre – qui émaillent les manifestations de Gilets jaunes chaque samedi depuis le 17 novembre dernier, le gouvernement est bien évidemment dans son rôle. Mais il aurait sans doute dû y réfléchir à deux fois avant de reprendre à son compte – pour gagner du temps et rassurer les Français – une proposition de loi de la droite sénatoriale, rédigée par des parlementaires tenants de la ligne du «toujours plus» en matière sécuritaire. Voté par le Sénat en octobre 2018, ce texte, qui se voulait une réponse aux «Black blocs», a été écrit par Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains et l'un des plus virulents opposants à Emmanuel Macron. La proposition de loi avait à l'époque été considérée à gauche comme attentatoire aux libertés publiques, et les sénateurs marcheurs avaient d'ailleurs voté contre.

Dès lors le texte qui est arrivé hier dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale impose un délicat exercice d'équilibrisme : au sein même de la majorité présidentielle d'abord, où nombreux sont ceux qui, mal à l'aise, ont souligné les limites et les risques d'inconstitutionnalité du texte. De leur côté, les députés de gauche le jugent liberticide et la droite reste, forcément, sur sa faim. Car le texte a été méticuleusement détricoté ces derniers jours en commission des Lois à majorité LREM. Reste que ce texte polémique comporte encore de nombreuses dispositions qui posent question : les interdictions préventives de manifester qui pourront être prises par les préfets sur la simple base de soupçons, la création d'une sous-catégorie au fichier des personnes recherchées (FPR), celui-là même qui comprend les fichés S, ou encore la création de périmètres de sécurité. Autant de sujets aussi sensibles que difficiles à mettre en œuvre : quels seront les recours, le rôle des magistrats, la faisabilité de mise en œuvre par les forces de l'ordre ?

Le Premier ministre s'est défendu à plusieurs reprises de vouloir porter atteinte à la liberté de manifester et on peut bien évidemment lui en donner acte, Edouard Philippe étant un démocrate avéré. Mais la loi, fut-elle de circonstance, s'inscrit dans le temps long. Quel usage pourrait en faire, par exemple, face à ses opposants politiques, l'extrême-droite si elle parvenait au pouvoir ? Cette question s'était déjà posée lors de l'examen des législations antiterroristes durant le quinquennat de François Hollande. Aujourd'hui, il appartient aux députés de trouver le point d'équilibre entre sécurité et liberté, sachant comme le disait Benjamin Franklin qu'« un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux. »

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 30 janvier 2019).

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …