Accéder au contenu principal

Brexit sans fin

brexit


À soixante jours de la date officielle de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, on a l'impression chaque jour de vivre un Brexit sans fin… où les certitudes de la veille sont remises en cause dès le lendemain au gré de volte-face aussi spectaculaires qu'incompréhensibles. Après avoir subi une défaite historique et humiliante mi-janvier sur un accord de Brexit dont elle ne cessait d'expliquer qu'il était «le meilleur possible» et n'était «pas renégociable», voilà l'insubmersible Theresa May qui est parvenue à obtenir du parlement de Westminster… un nouveau vote pour renégocier le «backstop», ce fameux «filet de sécurité» devant éviter le retour d'une frontière physique entre le nord et le sud de l'Irlande. Une renégociation qui serait la condition à la signature britannique de l'accord de divorce d'avec l'Union européenne. Et la Première ministre d'assurer repartir à Bruxelles pour encore négocier des aménagements «alternatifs», dont personne ne voit en quoi ils pourraient bien consister et dont les 27 de l'Union européenne ne veulent pas entendre parler.

Car après deux ans d'intenses négociations, la lassitude pour ne pas dire l'exaspération a gagné Bruxelles. Aucun chef d'Etat ou de gouvernement – Emmanuel Macron et Angela Merkel en tête – n'entend revenir sur ce que Michel Barnier a méticuleusement négocié. Seule la forme de l'accord, c'est-à-dire la déclaration politique accompagnant l'accord de retrait, pourrait comporter quelques évolutions qui n'auraient de toute façon aucune valeur juridique.

Le vote de mardi à la Chambre des Communes illustre en tout cas, à nouveau, le labyrinthe dans lequel se débat le Royaume-Uni depuis le référendum de 2016 et la volonté des Britanniques de rejeter la responsabilité d'un «no deal» sur la seule Union européenne. Un coup de bluff qui ne trompera personne, car la situation dans laquelle se trouve aujourd'hui le Royaume-Uni relève exclusivement des erreurs politiques britanniques. À commencer par celle de David Cameron. Par un calcul cynique de politique intérieure, l'ex-Premier ministre a enclenché le référendum du Brexit en étant persuadé que jamais le choix du Brexit ne l'emporterait. Première erreur. Au cours d'une campagne truffée de fake news, les promoteurs du Brexit vantaient la simplicité d'un divorce pour obtenir davantage de souveraineté, se gardant bien d'évoquer la situation inextricable qui allait être celle de l'Irlande du Nord… Deuxième erreur. Soit on rétablissait la frontière entre les deux Irlande et on ruinait l'accord de paix si difficilement conclu, soit on déplaçait la frontière en mer d'Irlande est on séparait de fait le Royaume-Uni de l'Ulster… D'où le compromis du «backstop» qui impose à la Grande Bretagne de quitter la gouvernance européenne tout en restant dans l'union douanière deux ans durant. Tout le contraire d'un gain de souveraineté.

À quatre mois des élections européennes, ce Brexit sans fin sonne comme un avertissement à tous les citoyens européens et montre combien les solutions simplistes et mensongères proposées par les formations populistes conduisent dans des impasses au détriment des peuples dont elles se réclament.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du 31 janvier 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan