Accéder au contenu principal

L'autre transition



À l'heure où la transition écologique appliquée aux transports occupe le devant de la scène avec le mouvement des gilets jaunes et le débat sur la fiscalité des carburants issus d'énergies fossiles polluantes, il est une autre transition que vient de rappeler Générations futures : celle visant à limiter les pesticides. Cette association de défense de l'environnement vient de décortiquer l'immense base de données des ventes des distributeurs (BDVD) qui donne les quantités des différents pesticides commerciaux vendus en France. De ce travail titanesque sont sorties plusieurs cartes édifiantes. Pesticides non utilisables pour l'agriculture biologique, pesticides cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR), perturbateurs endocriniens (PE), ventes du désormais fameux glyphosate : tout y passe. Et ces cartes illustrent, mieux que de longs discours, le fait que la France, premier pays d'Europe par ses surfaces agricoles et second consommateur européen de pesticides, est bien dépendante de ces produits.

De ce constat – qui n'est pas nouveau – il convient assurément de tirer des leçons pour tous les acteurs de l'agroalimentaire : agriculteurs, industriels, politiques et scientifiques.

Côté agriculteurs, il faut rappeler que les producteurs sont bel et bien les premiers touchés par le potentiel impact des pesticides sur leur santé, particulièrement dans la viticulture, l'arboriculture et le maraîchage. Fut-elle tardive, la prise de conscience est désormais réelle et lors du dernier Salon de l'agriculture, la FNSEA, premier syndicat agricole, s'est engagée à réduire l'usage des pesticides. C'est heureux. Si une agriculture sans pesticides est illusoire, il convient d'en limiter dès aujourd'hui les effets. Non pas en stigmatisant ceux qui utilisent ces produits, mais en les accompagnant vers d'autres solutions plus respectueuses de l'environnement et de la santé, la leur et celle des consommateurs.

À l'autre bout de la chaîne, côté industriels, il convient très certainement de fixer de nouvelles règles. C'est ce à quoi s'emploie non sans mal la commission européenne du Parlement européen sur les procédures d'homologation des pesticides, dont le rapport sera soumis au vote le 6 décembre. Présidée par l'eurodéputé PS de l'Aude Éric Andrieu, cette commission a dû essuyer intimidations en série, piratage informatique, invitation à rencontrer secrètement de hauts responsables de l'industrie agrochimique, etc. Autant de pratiques détestables de lobbying qui attestent des enjeux financiers considérables des pesticides et donc de l'inflexibilité dont doivent faire preuve les élus, à Bruxelles comme à Paris.

Enfin, les cartes de Générations futures sont aussi un encouragement pour les scientifiques. À l'heure où le nouveau ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, demandait récemment aux scientifiques de « faire la preuve » des conséquences des pesticides sur la santé (alors que la loi impose à l'industriel de prouver que son produit n'a pas d'effet sur la santé), il convient de soutenir la recherche pour qu'elle comprenne mieux l'impact des pesticides sur l'homme, et qu'elle leur trouve les meilleures alternatives.

On voit que cette transition écologique, entre preuves scientifiques, principe de précaution, et pression de lobbys nécessite, maintenant – comme pour les transports – un engagement global, seul gage de succès.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 21 novembre 2018)

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio