Accéder au contenu principal

Black or green

blackfriday


Évènement incontournable outre-Atlantique depuis les années 70, le Black Friday (vendredi noir) s'est fait en quelques années une place en Europe, importé en 2014 par le géant du cybercommerce Amazon. À l'instar d'Halloween, cette grand-messe commerciale – qui s'étale sur trois ou quatre jours d'ailleurs – a pris une ampleur conséquente sur les sites internet de cybercommerce comme dans les boutiques physiques. De la grande enseigne au petit commerçant, toute l'économie se met à la page avec un tsunami de bonnes affaires et des réductions XXL qui touchent tous les rayons : électroménager, hi-fi, télévision, informatique, smartphones mais aussi habillement, maroquinerie, voyages et même marques de luxe. Pas un secteur n'échappe à la frénésie Black. L'internaute est bombardé de courriels vantant des promotions agressives, les boîtes aux lettres débordent de catalogues publicitaires dédiés à cette journée de tous les excès.

À l'heure où la croissance économique reste mesurée et où beaucoup de familles estiment que leur pouvoir d'achat n'est pas satisfaisant, le Black Friday est ainsi devenu une journée clé pour l'économie dans une période atone de l'année, entre la rentrée de septembre et les fêtes de fin d'année : celle où l'on vide les stocks pour les entreprises, celle où l'on peut préparer les cadeaux de Noël à moindre coût pour les familles. Cette année encore, les consommateurs devraient d'ailleurs être au rendez-vous et on devrait battre des records de ventes. Noël, le Black Friday et le Cyber Monday qui a lieu lundi prochain devraient ainsi représenter 19 milliards d'euros de chiffre d'affaires…

Mais si le Black Friday est générateur de ventes, il cristallise aussi de plus en plus de critiques. Les excès de consommation exacerbent les inégalités sociales et l'esprit de compétition entre les consommateurs pour décrocher tel ou tel produit en quantité limitée. Ils relancent aussi la guerre des prix entre grandes enseignes et attirent les cyberpirates qui multiplient les attaques informatiques. Surtout l'impact environnemental de ces produits bradés venus du bout du monde est de plus en plus criant pour des promotions parfois en trompe-l'œil. Au Black Friday, certains opposent alors un Green Friday – un vendredi vert – où l'on réfléchit à l'impact de notre consommation dans notre société et ses conséquences sur la planète. Certains, adeptes de la décroissance et de la consommation durable, proposent de ne faire aucun achat durant le Black Friday, source selon eux d'un immense gaspillage. Une position adoptée par de jeunes marques qui en viennent à fermer leurs boutiques sur internet. D'autres, moins radicaux, invitent à privilégier les producteurs locaux et les circuits courts afin de soutenir l'économie locale.

Entre le black et le green, entre les promos et les écolos, il peut aussi exister d'autres chemins. Comme celui de l'économie sociale et solidaire, qui voit coopératives, mutuelles, fondations, associations et syndicats pour conduire des activités selon des principes de solidarité et d'utilité sociale.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 23 novembre 2018)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …