Accéder au contenu principal

Responsabilités

fakenews

À l’époque antique, les pyramides égyptiennes ont été bâties par des extraterrestres ; on peut avorter sans risque avec des produits à base de plantes ; les Américains ne sont jamais allés sur la lune ; il est possible que la Terre soit plate et non pas ronde comme on nous le dit depuis l’école… Aussi incroyable que cela puisse paraître, ces affirmations fausses et bien d’autres du même acabit, qui nourrissent parfois depuis des années des théories complotistes, séduisent de plus en plus de jeunes de 18 à 24 ans comme vient de le montrer une enquête Ifop… Une enquête immédiatement contestée sur les réseaux sociaux par certains qui voient des desseins cachés chez les commanditaires du sondage, la fondation Jean Jaurès et la fondation Reboot qui s’est donné pour mission de « réveiller l’esprit critique. »

Une mission qui apparaît aujourd’hui de plus en plus difficile tant les faits, notamment scientifiques, sont de plus en plus contestés et mis sur le même plan que des théories conspirationnistes, rebaptisées « faits alternatifs ». Jadis marginales, ces théories soutenues par une nébuleuse de charlatans, ont infusé de façon massive la société via internet et des réseaux sociaux – Facebook, Twitter, TikTok – qui modèrent bien peu voire pas du tout les propos qui sont tenus sur leur plateforme. Ces complotistes, dont certains ont des visées très politiques de déstabilisation des démocraties, ont profité des angoisses légitimes des populations générées par la pandémie de Covid-19 pour pousser leurs pions avec succès. Résultats : seul un jeune Français sur trois (33 %) estime aujourd’hui que « la science apporte à l’homme plus de bien que de mal » alors qu’ils étaient plus d’un sur deux à le penser il y a cinquante ans (55 % en 1972). Les jeunes se montrent aussi nettement plus sensibles que leurs aînés à des superstitions à caractère occulte – 49 % estiment même que l’astrologie est une science !

Cet essor en des croyances complotistes ou infondées s’explique, entre autres, par une immense défiance à l’égard de l’information verticale issue des autorités et des médias, à laquelle les jeunes préfèrent l’horizontalité de celle circulant sur les réseaux sociaux. Cette situation est aussi inquiétante que dangereuse : comment faire société sans l’acceptation par tous d’une base commune de faits incontestés et vérifiés ? Elle appelle en tout cas une réponse forte et claire de la part des décideurs du débat public pour en finir avec les concessions, les accommodements, les lâchetés qui abîment notre démocratie et le pacte social qui la supporte.

Il n’est plus acceptable de voir certains politiques, par un cynique calcul électoraliste, apporter crédit à certaines figures complotistes. Il n’est plus acceptable de voir certains médias, et particulièrement des chaînes d’information en continu, mettre sur le même plan la parole de vrais experts et celle d’hurluberlus au nom du buzz, du clash et de la course à l’audience. Il n’est plus acceptable, enfin, que les plateformes des géants du numérique laissent diffuser – et parfois amplifient – des propos trompeurs et dangereux. Il ne s’agit en aucun cas de brider la liberté d’expression, mais de tout simplement faire respecter les règles qui permettent à chaque citoyen, loin de toute pression et manipulation, d’exercer son libre arbitre.

Enfin, le rappel de ces règles ne saurait se faire sans un réarmement massif de l’Education nationale. Celle-ci n’a certainement pas besoin d’un énième débat sur le port de l’uniforme, mais de moyens humains et financiers pour remplir correctement sa mission, particulièrement dans l’enseignement des sciences.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 22 janvier 2023)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan