Accéder au contenu principal

Remise à plat

electricité

Emmanuel Macron et Elisabeth Borne doivent ressentir un profond sentiment d’injustice : les Français ne se rendent pas assez compte que sans le bouclier tarifaire sur l’électricité qui va bloquer la hausse des prix à +15 % à compter du 1er février, les factures des particuliers exploseraient. Idem pour le gaz dont le bouclier est en place depuis le 1er janvier pour, là aussi, limiter la hausse des tarifs régulés à +15 %.

En septembre, lors d’une conférence de presse sur la situation énergétique du pays, Elisabeth Borne était pourtant revenue sur l’impact des boucliers tarifaires sur le gaz et l’électricité mis en place en 2022. Graphiques à l’appui, la Première ministre montrait que nos voisins payaient bien plus cher leurs factures que nous : 2,5 fois plus en Belgique, 2,7 en Allemagne et aux Pays-Bas pour l’électricité ; 1,5 fois plus en Belgique, 3 en Allemagne et 3,1 fois plus aux Pays-Bas pour le gaz !

Las ! Dans un contexte d’une inflation galopante, particulièrement dans l’alimentaire, les Français sont peu sensibles à ces comparaisons européennes aussi fondées soient-elles : seul compte pour eux – et c’est bien compréhensible – l’impact que va avoir sur leur budget cette hausse de 15 % des factures de l’électricité. 15 %… ou plus. Car le bouclier tarifaire n’offrira pas la même protection à tous : en fonction des types de contrats souscrits, des options et des fournisseurs, les hausses pourraient dépasser les 15 %.

À l’inquiétude des particuliers répond aussi celle des entreprises dont les situations sont encore plus diverses. Si 1,5 million de TPE de moins de 10 salariés bénéficient du même bouclier tarifaire que les particuliers, d’autres ne sont éligibles qu’à un « amortisseur électricité » et de nombreux artisans dont les boulangers se retrouvent aujourd’hui toujours étranglés par des factures exorbitantes… Pour l’heure, le gouvernement – qui espérait sortir du « quoi qu’il en coûte » inauguré par la crise du Covid-19 – se démultiplie et sort le carnet de chèques. L’ensemble des mesures en faveur des entreprises, des associations, des collectivités et des établissements publics représente près de 12 milliards d’euros. Un effort de solidarité que font aussi à des degrés divers nos voisins européens. Mais un effort qui ne sera utile pour l’avenir que si les Européens s’attaquent radicalement à la refonte complète du marché de l’énergie aujourd’hui caduc.

Cette remise à plat, qui doit assurer à la fois une énergie abordable, la souveraineté de l’UE et la réussite de sa transition énergétique, est un immense défi. L’ouverture à la concurrence, le couplage des prix du gaz et de l’électricité, le subventionnement des énergies renouvelables ou encore le mécanisme complexe du marché du CO2… : autant de chapitres à réformer, voire à réécrire sans dogmatisme, en tenant compte de la diversité des mix énergétiques et des priorités de chacun des 27 États membres. Une vraie gageure qui mettra à rude épreuve la solidarité européenne, mais aussi l’opportunité de concevoir un nouveau modèle énergétique plus robuste au service des Européens.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 25 janvier 2023).

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan