Accéder au contenu principal

Droits et devoirs

rsa

Le changement dans la continuité. Tel était peu ou prou la promesse très giscardienne d’Emmanuel Macon lorsqu’il s’est déclaré candidat à sa succession pour un second mandat présidentiel. Mais depuis sa réélection à l’Elysée, il y a tout au contraire une discontinuité profonde entre la philosophie qui a porté sa candidature en 2017 et sa pratique du pouvoir depuis mai 2022.

En 2017, le candidat Macron voulait libérer puis protéger les Français en mettant l’accent sur l’émancipation individuelle, meilleur gage, selon lui, pour lutter contre les assignations à résidence sociales et remettre en marche un pays présenté comme divisé et ankylosé avec un taux de chômage encore trop important. Le premier quinquennat fut ainsi marqué par des réformes du marché du travail, une réduction des prestations chômage, et une réforme des retraites à points systémique qui s’est fracassée ensuite sur la crise du Covid. En 2022, après avoir mis en place d’importantes mesures d’aide (le fameux « quoi qu’il en coûte »), Emmanuel Macron entend revenir au respect des règles budgétaires européennes et, pour cela, a choisi de donner un tour de vis sur les dépenses sociales, ce « pognon de dingue » qu’il avait autrefois fustigé.

Quatre réformes en ce sens sont ainsi mises en chantier : une nouvelle diminution de l’assurance chômage en fonction de la situation nationale de l’emploi, une réforme des retraites qui décalera à 64 ou 65 ans l’âge de départ et/ou allongera la durée de cotisation (réponse le 10 janvier), la réforme du service public de l’emploi, rebaptisé France Travail et enfin la mise sous condition d’activité du Revenu de solidarité active (RSA), héritier du RMI de Michel Rocard.

Le ministre du Travail Olivier Dussopt a beau marteler qu’ «il n’a jamais été question ni de travail gratuit, ni de bénévolat obligatoire », un malaise s’est installé avec cette réforme du RSA qui fait passer les devoirs avant les droits et reprend la vieille antienne de la droite sur « le cancer de l’assistanat », comme si les bénéficiaires du RSA se satisfaisaient de leur situation de précarité, alors même que 600 000 foyers éligibles ne font pas les démarches pour l’obtenir. La réforme du RSA pose problème car le contrôle des ressources et des obligations des allocataires, notamment en termes de formation, existent déjà. Là où le bât blesse, c’est bien davantage sur les moyens humains et financiers à octroyer au RSA – et notamment aux Départements qui ne se sont pas précipités pour participer à l’expérimentation du nouveau RSA – pour mettre en place des formations réellement solides et efficaces.

En l’occurrence, l’Allemagne, qui ne peut passer pour une économie laxiste, l’a parfaitement compris puisqu’elle prend le chemin inverse de celui de la France en faisant primer les droits sur les devoirs. Elle s’éloigne ainsi des lois Hartz IV qui, sous Gerhard Schröder, avaient imposé un système très dur de sanctions, de contrôles tatillons et de convocations humiliantes des chômeurs qui aboutissaient à l’obligation d’accepter tous les jobs jugés « raisonnables » ou de devoir déménager en cas de logement trop cher… Le gouvernement d’Olaf Scholz veut mettre l’accent désormais sur le soutien individuel et la formation et s’en donne les moyens.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 2 janvier 2023)



Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan