Accéder au contenu principal

Alternatives

manifestation

La mère des batailles contre la mère des réformes. Ce scénario prévisible depuis des mois se joue aujourd’hui en France avec un mouvement de manifestations et de grèves contre la réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron. Sans préjuger de la mobilisation qui devrait être très importante voire historique ce jeudi – puisque le front syndical est uni pour la première fois depuis douze ans et qu’une écrasante majorité de Français est opposée à cette réforme – et sans pronostiquer de quelle façon la contestation pourra s’inscrire ensuite dans la durée, il n’y a aucune surprise à voir s’installer ce bras de fer attendu qui en rappelle bien d’autres sur le même sujet des retraites, et ce depuis les grandes grèves de 1995.

Personne pour l’heure ne peut dire comment finira cette bataille : les opposants pourront-ils faire reculer l’exécutif qui peine à convaincre et ne dispose que d’une majorité relative à l’Assemblée nationale où il a besoin d’au moins 39 suffrages venus des autres bancs pour faire passer son texte ? Ou, comme veut le croire Emmanuel Macron, la lassitude gagnera-t-elle les Français face à un texte qui, selon lui, serait inéluctable pour sauver le système des retraites prochainement déficitaire, alors que lui-même expliquait doctement en 2019 que « tant qu’on n’a pas réglé le problème du chômage dans notre pays, franchement ça serait assez hypocrite de décaler l’âge légal »….

Ce bras de fer où chacun joue son avenir – et le chef de l’État plus encore son second quinquennat – où les positions sont pour l’heure irréconciliables laisse en tout cas le sentiment d’un immense gâchis : la France n’a pas été capable de dégager sereinement une véritable réflexion consensuelle sur son système de retraites et plus largement sur son système social à l’heure des grandes mutations du monde du travail et de la société. La pandémie du Covid-19 n’a pas été qu’une crise sanitaire, elle a aussi bouleversé notre rapport au travail, au sens de celui-ci dans nos vies personnelles et à son rôle dans l’organisation de la société et le fonctionnement de notre République sociale. Tout cela aurait pu et dû nourrir une véritable réflexion en y associant les Français avant toute nouvelle réforme. En 2019, Emmanuel Macron avait eu l’audace de proposer une large mais complexe remise à plat du système avec la retraite par points ; en 2022, le même s’est recroquevillé sur une énième et classique réforme paramétrique jugée injuste par les Français. Une réforme que le chef de l’État présente aujourd’hui en reprenant le credo libéral de Margaret Thatcher : « Tina » (there is no alternative), il n’y a pas d’alternative.

Et pourtant, il existe bien des alternatives. D’autres réformes des retraites sont possibles comme l’ont montré ces dernières semaines le Conseil d’analyse économique, le think tank Terra Nova et même le Haut-commissariat au plan piloté par François Bayrou. Du développement de l’emploi des seniors à la suppression de certaines exonérations de cotisations accordées aux employeurs, de la contribution des retraités à la majoration des cotisations sociales, de multiples curseurs sont activables pour imaginer une autre réforme, plus juste et donc plus acceptable par une majorité de Français.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 19 janvier 2023)


Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Amers adieux

Un anniversaire… qui vire aux adieux. Air France, qui fête cette année ses 90 ans, a annoncé hier, à la surprise générale, qu’elle allait quitter en 2026 l’aéroport d’Orly et recentrer ses vols intérieurs sur son hub de Roissy-Charles de Gaulle. En quittant ainsi le deuxième aéroport du pays, la compagnie française tourne la page d’une histoire qui avait commencé en 1952, année de son arrivée à Orly. Histoire partagée depuis par des millions de Français qui, tous, peu ou prou, pour le travail ou les loisirs, ont un jour pris un avion d’Air France pour Paris-Orly, ont parfois confondu Orly-Ouest et Orly-Sud, ont accompagné le développement de la compagnie avec le lancement des Navettes vers Toulouse, Nice, Bordeaux, Marseille puis Montpellier, ont découvert au fil des ans les nouveaux Airbus, apprécié la qualité du service à bord, puis, une fois arrivés, emprunté l’OrlyVal pour rejoindre le centre de Paris ou continuer leur voyage avec une correspondance. Si l’annonce du départ d’Air Fr