Accéder au contenu principal

Pas de fatalité

azlheimer

Il y a ces petits oublis, ces trous de mémoire bénins qui font parfois sourire l’entourage mais qui finissent au fil des mois et des années par se multiplier, s’agrandir pour devenir des gouffres dans lesquels sombrent les souvenirs et parfois la raison. Enfermé dans ce labyrinthe intime, dans ce dédale intérieur dont on aurait oublié la clé, le malade se débat dans les méandres de sa mémoire qui s’affaiblit, tantôt taiseux, tantôt violent pour les autres ou pour lui-même, ballotté entre des sautes d’humeur imprévisibles et des absences qui mettent à rude épreuve ses proches qu’il confond ou ne reconnaît plus.

La réalité se mélange avec des souvenirs rêvés, la conscience de soi et des autres se trouble et s’estompe. Ce long et douloureux cheminement des malades d’Alzheimer – magistralement interprété dans le film de Florian Zeller « The Father » par Anthony Hopkins – explique pourquoi trois quarts des Français ont peur de cette maladie neurodégénérative selon un sondage Ifop réalisé pour la Fondation Médéric Alzheimer en septembre 2021. La maladie d’Alzheimer est aujourd’hui la deuxième maladie qui suscite le plus de craintes après le cancer.

En trente ans, les Français se sont familiarisés avec cette maladie et avec les symptômes qui la caractérisent : troubles de la mémoire, du langage ou de l’attention, difficultés pour s’orienter, etc. Des symptômes qui, évidemment, effraient pour soi-même ou ses parents âgés tant la maladie contre laquelle il n’existe pas encore de traitement semble progresser avec quelque 225 000 nouveaux cas chaque année. Un Français sur deux a dans son entourage une personne touchée et il devrait y avoir 2,2 millions de malades en 2050 (139 millions dans le monde selon l’Organisation mondiale de la santé).

Mais aujourd’hui, il faut dire qu’il n’y a pas de fatalité. D’abord parce qu’il existe des solutions - trop méconnues - pour prévenir la maladie ou ralentir l’apparition des symptômes. Stimuler notre cerveau, le protéger des traumatismes et des toxines, préserver notre santé physique et métabolique mais aussi garder notre réseau relationnel sont quelques-unes des clés qui permettent de rendre évitable la malade dans 40 % des cas selon une étude du Lancet.

Il n’y a pas de fatalité aussi parce que la recherche médicale a fait des progrès considérables dans l’immunothérapie active – qui débouchera peut-être un jour sur un vaccin – ou passive. Le feu vert donné début janvier par la Food and Drug Administration américaine pour mettre sur le marché le Lecanemab, un nouveau traitement à base d’anticorps monoclonal, permet aujourd’hui de franchir une étape clé. Ce traitement ne guérit pas les malades d’Alzheimer en leur permettant de recouvrer leurs capacités cognitives perdues, mais chez certains d’entre eux, touchés à un stade léger, de ralentir la progression de la maladie.

Cette stabilisation peut, d’évidence, changer la donne et changer la vie. Dans nos sociétés où le vieillissement est un enjeu majeur de santé publique, ce traitement apporte l’espoir et conforte l’idée qu’investir massivement dans la recherche scientifique est assurément - avec l'indispensable accompagnement des malades et de leurs proches -  l’une des meilleures façons de préparer le monde de demain.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 23 janvier 2023)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan