Accéder au contenu principal

Eldodaro solaire

En misant désormais massivement sur l'énergie solaire, photovoltaïque essentiellement, mais aussi thermique, l'Humanité effectue comme un retour aux sources. Le soleil, déifié par les Égyptiens, la mythologie grecque ou romaine, les Aztèques ou les Incas, a accompagné de tout temps les hommes dans leur quotidien, leur apportant la vie avec son immense énergie, inépuisable, renouvelable. La seule d'ailleurs dont ont disposé les habitants de la Terre pendant des siècles avant que ceux-ci ne découvrent le charbon, le gaz puis l'atome. Mais le regain d'intérêt pour le solaire en ce début du XXIe siècle recèle de multiples enjeux : environnementaux évidemment, mais aussi politiques et diplomatiques, économiques et industriels.

sun


Enjeu environnemental, c'est bien sûr l'un des principaux atouts de l'énergie solaire. Face au réchauffement climatique et à l'urgence de limiter les émissions polluantes de gaz à effet de serre ou de CO2, les énergies renouvelables apparaissent comme une bonne solution. Par exemple, l'émission de CO2 d'un système photovoltaïque en France métropolitaine, s'élève à 55 g de CO2 par KWh produit. Et un tel système, dont les matériaux sont recyclables à 85 %, produit 10 à 30 fois l'énergie dépensée pour sa fabrication tout au long de son cycle de vie, selon l'Ademe. Pas étonnant, dès lors, que les pays participants à la COP 21 en décembre 2015 à Paris aient lancé l'Alliance solaire internationale (ASI). Cet organisme vise à créer une plate-forme de coopération entre les pays développés disposant de technologies dans le solaire et les 121 pays, notamment en développement, situés entre les tropiques du Cancer et du Capricorne.

L'intérêt écologique rejoint alors l'enjeu diplomatique puisque ce sont la France et l'Inde qui ont officiellement lancé en mars dernier l'Alliance et sont en première ligne sur le dossier, à l'heure où les États-Unis de Donald Trump se sont retirés des accords de Paris. L'objectif de l'Alliance, particulièrement ambitieux puisqu'il s'agit de mobiliser 1 000 milliards de dollars et de développer 1 000 GW de capacités solaires d'ici 2030, aiguise aussi les appétits.

Car derrière le développement du solaire se joue une bataille économique et industrielle mondiale, avec à la clé des millions d'emplois. La Chine y joue un rôle déterminant – six des dix plus grands fabricants de panneaux photovoltaïques sont chinois – d'autres pays comme Israël y apportent leur science.

Incontestablement la France a une carte à jouer. La patrie du physicien Antoine Becquerel, qui a découvert au XIXe siècle l'effet photovoltaïque, est, en effet, une pionnière du solaire. Le savoir-faire français s'était d'ailleurs illustré en Occitanie, en 1970, avec le four solaire d'Odeillo, près de Font-Romeu, l'un des plus grand du monde. En prolongeant la recherche scientifique avec l'Institut national de l'énergie solaire (Ines), en favorisant le développement d'une filière, en créant le cadre réglementaire capable de convaincre les Français, la France pourra tirer parti de cet eldorado à venir.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du 21 août 2018)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…