Accéder au contenu principal

N'oublions pas le cancer

poumon

Cela aura été son avant-dernier combat avant d’engager celui, intime et personnel, contre la maladie qui le rongeait : n’oubliez pas les malades du cancer, avait ainsi lancé le professeur Axel Kahn, médecin généticien de renom qui fut président de la Ligue contre le cancer de juin 2019 à mai dernier. À plusieurs reprises, dès le printemps 2020, le scientifique avait tiré la sonnette d’alarme sur la « dangereuse dégradation » de la situation des patients atteints d’un cancer, dont la continuité des soins avait été empêchée par la pandémie de Covid-19 qui mobilisait tous les efforts, mais aussi sur l’interruption des dépistages systématiques des cancers du col de l’utérus, du sein ou encore de la prostate… « Nous estimons aujourd’hui qu’il y a environ 30 000 cancers non détectés, et donc autant de personnes non traitées », déplorait le professeur à l’automne 2020. « La crise de la Covid-19 ne doit pas faire oublier le cancer, un fléau qui touche près de 400 000 personnes chaque année », rappelait encore Axel Kahn en février 2021.

Et c’est vrai que le corps médical, comme la société tout entière, s’est focalisé – à raison évidemment – sur l’épidémie de coronavirus, reléguant au second plan les autres pathologies, et engageant lors des différentes vagues des déprogrammations d’opérations pour pouvoir accueillir les personnes infectées par le coronavirus – et notamment, hélas, des non-vaccinés qui auraient pu éviter une hospitalisation. Concentrés sur le Covid-19, les Français n’ont pas pu ou voulu faire les diagnostics qui sont, on le sait, si importants pour une bonne prise en charge.

Dès lors, la publication des résultats de l’étude épidémiologique KBP-2000, réalisée par le Collège des pneumologues des hôpitaux généraux (CPHG) depuis 2000, est particulièrement importante.

D’une part, alors que nous sommes toujours en pleine vague Omicron, elle permet de remettre sur le devant de la scène médiatique le cancer et rappeler le fléau qu’il représente. En s’intéressant au cancer du poumon, cette étude permet aussi de rappeler qu’il est responsable de 25 % des décès chez les hommes et 15 % chez les femmes derrière celui du sein. Enfin, cette étude permet d’alerter sur le fait que les femmes sont de plus en plus touchées : on est passé de 16 % en 2000 à 34 % en 2020 et même 41 % chez les moins de 50 ans… Cette étude permet ensuite de battre en brèche les clichés – le cancer du poumon ne frappe pas que les « gros fumeurs » – et donc souligne combien les campagnes de prévention contre le tabagisme sont plus que jamais importantes.

Face à cette situation inquiétante, il n’y a pas de fatalité car la recherche avance et redonne l’espoir aux patients. Des thérapies ciblées, personnalisées et efficaces sont désormais possibles et leur généralisation devrait, comme l’espère le professeur Julien Mazières que nous avons rencontré, « changer notre vision du cancer. »

(Editorial publié dans La Dépêche du dimanche 23 janvier 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan