Accéder au contenu principal

Guerres et paix

russianarmy

Dans un documentaire baptisé « Russie. Nouvelle histoire » diffusé sur la télévision publique russe mi-décembre à l’occasion des 30 ans de la chute de l’URSS, Vladimir Poutine a livré sa lecture de l’Histoire. Pour lui, l’effondrement de l’Union soviétique en 1991 – qu’il avait qualifié de « plus grande catastrophe géopolitique du XXe siècle » – a constitué une « désintégration de la Russie historique ».

Depuis son accession au pouvoir après les années Eltsine minées par les oligarques, Poutine n’a donc eu de cesse de vouloir revenir à cette grande Russie et à l’influence qu’elle avait sur les affaires du monde à l’époque de la Guerre froide. Peu importe que la Russie n’ait plus les moyens d’autrefois, que la situation économique du pays, alourdie par les sanctions internationales, le classe à la 11e place en 2020 contre la 8e en 2013, qu’elle affiche un taux de pauvreté en hausse constante depuis dix ans à 13,1 % en 2021, que l’espérance de vie des Russes ait reculé à 70 ans, qu’un jeune sur deux, chez les 18-24 ans, veuille vivre à l’étranger et que le pays devrait perdre 15 millions d’habitants d’ici 2050.

Pour Vladimir Poutine, la priorité est de rétablir la sphère d’influence de la Russie et, pour ce faire, l’ancien espion du KGB joue sur la corde sensible du passé et de la nostalgie – muselant au passage toute opposition – en développant la vision paranoïaque d’un pays agressé, notamment par un Otan qui serait le principal danger. Cette volonté de retrouver la situation « bloc contre bloc » avec l’Occident a débouché sur une politique défensive qui a conduit à l’annexion de la Crimée en 2014, l’occupation de territoires dans d’anciennes républiques soviétiques (le Dombass en Ukraine et une partie de la Géorgie), le soutien à des dictatures comme celle de Loukachenko au Bélarus. Poutine a de plus élargi sa zone d’action en intervenant de plus en plus, directement ou indirectement, notamment en Afrique où s’est déployé le groupe Wagner.

Cette vision du monde se joue par ailleurs de façon aussi feutrée que redoutable au-delà du seul terrain militaire avec la déstabilisation des démocraties occidentales par une palette d’outils variés. Cyberattaques orchestrées en sous-main par des groupes de hackers, ingérence dans des campagnes électorales (aux Etats-Unis, en France, dans l’Union européenne), soutien d’hommes politiques étrangers ou développement de médias pro-russes.

Face à ces nouvelles guerres hybrides, asymétriques ou informationnelles, mêlant menaces militaires et actions d’influence numérique, les démocraties réagissent pour « gagner la guerre avant la guerre » selon l’expression du nouveau chef d’état-major des armées françaises, le général Thierry Burkhard. La ministre des Armées, Florence Parly, a ainsi présenté fin octobre une nouvelle « doctrine militaire de lutte informatique d’influence ».

Mais au-delà de cet aspect opérationnel, il y a tout un travail diplomatique qui peut et doit être fait pour obtenir la désescalade et la baisse des tensions. À cet égard, si l’Union européenne est snobée par les Etats-Unis, la Russie et la Chine dans bien des dossiers, elle est la seule – parce qu’elle connaît le prix de la guerre et à condition de parler d’une seule voix – à même de porter la paix et de constituer des ponts entre tous.

(Editorial publié dans La Dépêche du jeudi 27 janvier 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio