Accéder au contenu principal

Quand l’intendance ne suit pas

 

vaccin

Certains diront que le gouvernement joue de malchance avec le vaccin contre le Covid-19, d’autres qu’il paye là son impréparation de la campagne vaccinale par rapport à ce qu’ont fait d’autres pays européens. Toujours est-il qu’à l’heure où la défiance de l’opinion envers les vaccins s’est enfin inversée – 54 % de nos concitoyens se déclarent désormais prêts à se faire vacciner, contre 39 % à peine fin décembre, selon un sondage Ifop-Lemon paru ce week-end – et donc que l’exécutif pourrait se réjouir d’avoir gagné la bataille, capitale, de l’opinion, le voilà confronté à une nouvelle tuile : une possible pénurie de doses du vaccin Pfizer-BioNTech et la colère des élus locaux…

Les difficultés de production rencontrées par les deux laboratoires ne sont bien sûr pas le fait du gouvernement, d’autant plus que l’approvisionnement s’est fait pour chaque pays au niveau européen. Mais cette crainte de manquer de doses – que Pfizer-BioNTech a tenté d’atténuer ce week-end en promettant un retour à la normale d’ici le 25 janvier – s’ajoute aux dysfonctionnements qui entachent la campagne française depuis ses débuts, le 4 janvier.

La stratégie française de prioriser certains publics comme les résidents des Ehpad, avant de vacciner plus largement, n’est évidemment pas mauvaise. Elle a d’ailleurs été validée par la Haute autorité de santé et recueille le large assentiment de la communauté scientifique. Mais pourquoi tant de lenteur dans notre pays, quand l’Allemagne, avec ses vaccinodrômes, ou l’Italie vaccinent à tour de bras ? Emmanuel Macron, qui connaît pourtant parfaitement la haute administration française dont il est issu, a poussé un coup de gueule pour que le gouvernement accélère la cadence, maniant le ton gaullien selon lequel l’intendance doit suivre. Sauf que l’intendance patine…

Depuis hier, la vaccination des 5 millions de personnes de plus de 75 ans – qui ont parfois péniblement décroché un rendez-vous – a commencé, mais l’engouement des seniors pour le vaccin et le nombre insuffisant de doses créent, de fait, un inquiétant embouteillage. Le gouvernement tempère, assure qu’à la fin du mois un million de personnes seront bien vaccinées, Jean Castex a même appelé samedi à une vaccination "dans le calme" et hier Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a expliqué qu’"il va falloir attendre un peu"… Il y a pourtant urgence, à l’heure où surgit la menace des variants du coronavirus et où le vaccin reste la seule et unique solution pour en finir avec cette épuisante crise sanitaire.

Après la pénurie de masques puis l’échec de la stratégie tester-tracer-isoler, la France peut-elle prendre du retard dans sa vaccination ? Et l’exécutif, une nouvelle fois peu transparent quant au nombre de doses disponibles, peut-il les diffuser au compte-gouttes et refuser l’aide que lui proposent plusieurs collectivités locales, villes, départements ou régions pour ouvrir davantage de centres de vaccinations ?

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 19 janvier 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan