Accéder au contenu principal

Comment préparer demain

bruno le maire


Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance et son collègue Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, sont un peu le yin et le yang du gouvernement. L’économie et la santé, la santé et l’économie. Depuis un an et le début de la pandémie de Covid-19, l’économie a dû s’effacer devant la santé, au nom du principe humaniste selon lequel il fallait privilégier à toute autre considération la vie des Français, quels qu’ils soient, quel que soit leur âge. D’autres pays ont fait le choix inverse, comme les Etats-Unis de Donald Trump : le résultat est sans appel et l’Amérique est devenue le pays le plus endeuillé du monde avec 400 000 morts…

Mais si la santé est la priorité numéro un, l’économie reste la préoccupation majeure du gouvernement. Pour éviter son "écroulement", selon le mot terrible mais juste de l’ancien Premier ministre Edouard Philippe, Emmanuel Macron, déjà bousculé dans ses certitudes par la crise des Gilets jaunes, a dû complètement revoir son plan de réformes. Le président de la République voulait "libérer" l’économie puis "protéger" les Français ; il s’est retrouvé contraint de protéger d’abord les Français de la pandémie avant de pouvoir les libérer. Et pour ce faire, Emmanuel Macron a entamé un virage vers une politique plus sociale-démocrate que celle, sociale-libérale, menée jusqu’alors. Chacun garde en mémoire son "quoi qu’il en coûte"…

Un "quoi qu’il en coûte" que Bruno Le Maire est chargé depuis d’orchestrer, avec toute la difficulté que cela suppose. Au gré des restrictions sanitaires qui ont beaucoup évolué depuis un an – entre confinements et couvre-feux – le ministre doit sans cesse adapter son dispositif d’aides aux entreprises, leur expliquer pourquoi elles ne peuvent pas rouvrir, les assurer que le soutien de l’Etat sera là au moment où le virus ne le sera plus. Face aux lecteurs de La Dépêche, hier, restauratrice, commerçante, patrons de PME de l’aéronautique et de l’événementiel, directrice de station de ski, c’est un "discours de vérité" et de transparence que Bruno Le Maire a voulu tenir.

Un discours prononcé au plus près de ce terrain d’où remontent aujourd’hui colères et inquiétudes, angoisses et désespoir des Français. Un discours qui ouvre, aussi, des perspectives politiques… À cet égard, Bruno Le Maire – que la crise a conforté comme l’un des ministres clés du gouvernement et un poids lourd d’une Macronie qui en manque cruellement – n’hésite pas à aborder les sujets qui fâchent avec une lecture de nature à rassurer à droite : la dette colossale qu’il faudra bien rembourser, la réforme des retraites aujourd’hui gelée ou les dépenses publiques, qu’il faudra à ses yeux réduire. "Le moment venu", assure celui que certains voient déjà comme un remplaçant potentiel de Jean Castex. Bruno Le Maire, qui trouve le temps d’écrire un livre en pleine pandémie quand d’autres ministres se perdent sur les réseaux sociaux, se défend bien sûr de telles ambitions, à Matignon… ou plus loin. En 2013, dans son "Jours de Pouvoir", n’écrivait-il pas : " En politique, une vérité en chasse une autre, une certitude en balaie une seconde des dogmes anciens. Rien de stable, rien de pérenne, rien de clair ni de tranché, sauf un soir de mai, le résultat de l’élection".

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 23 janvier 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

Le virus et la vérité

  Il y a un an, le monde découvrait la ville de Wuhan, foyer d’un virus inconnu et bientôt épicentre d’une épidémie mondiale qui s’est répandue comme une traînée de poudre en quelques semaines. En dépit des nombreuses alertes qui avaient eu lieu ces dernières années de la part de spécialistes des épidémies, d’infectiologues réputés ou de services de renseignements qui, tous, appelaient à se préparer à de telles pandémies, beaucoup voulaient croire que ce nouveau coronavirus, 18 ans après celui du SRAS, resterait cantonné à la Chine. "Le risque d’importation de cas depuis Wuhan est modéré, il est maintenant pratiquement nul parce que la ville est isolée", assurait même notre ministre de la Santé Agnès Buzyn le 24 janvier… On connaît la suite, l’expansion redoutable du coronavirus SARS-CoV-2 qui a fait aujourd’hui 1,5 million de morts et contaminé 65 millions de personnes dans le monde. Un virus contre lequel tous les pays sont entrés en "guerre" pour reprendre l’expr