Accéder au contenu principal

Comment préparer demain

bruno le maire


Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance et son collègue Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, sont un peu le yin et le yang du gouvernement. L’économie et la santé, la santé et l’économie. Depuis un an et le début de la pandémie de Covid-19, l’économie a dû s’effacer devant la santé, au nom du principe humaniste selon lequel il fallait privilégier à toute autre considération la vie des Français, quels qu’ils soient, quel que soit leur âge. D’autres pays ont fait le choix inverse, comme les Etats-Unis de Donald Trump : le résultat est sans appel et l’Amérique est devenue le pays le plus endeuillé du monde avec 400 000 morts…

Mais si la santé est la priorité numéro un, l’économie reste la préoccupation majeure du gouvernement. Pour éviter son "écroulement", selon le mot terrible mais juste de l’ancien Premier ministre Edouard Philippe, Emmanuel Macron, déjà bousculé dans ses certitudes par la crise des Gilets jaunes, a dû complètement revoir son plan de réformes. Le président de la République voulait "libérer" l’économie puis "protéger" les Français ; il s’est retrouvé contraint de protéger d’abord les Français de la pandémie avant de pouvoir les libérer. Et pour ce faire, Emmanuel Macron a entamé un virage vers une politique plus sociale-démocrate que celle, sociale-libérale, menée jusqu’alors. Chacun garde en mémoire son "quoi qu’il en coûte"…

Un "quoi qu’il en coûte" que Bruno Le Maire est chargé depuis d’orchestrer, avec toute la difficulté que cela suppose. Au gré des restrictions sanitaires qui ont beaucoup évolué depuis un an – entre confinements et couvre-feux – le ministre doit sans cesse adapter son dispositif d’aides aux entreprises, leur expliquer pourquoi elles ne peuvent pas rouvrir, les assurer que le soutien de l’Etat sera là au moment où le virus ne le sera plus. Face aux lecteurs de La Dépêche, hier, restauratrice, commerçante, patrons de PME de l’aéronautique et de l’événementiel, directrice de station de ski, c’est un "discours de vérité" et de transparence que Bruno Le Maire a voulu tenir.

Un discours prononcé au plus près de ce terrain d’où remontent aujourd’hui colères et inquiétudes, angoisses et désespoir des Français. Un discours qui ouvre, aussi, des perspectives politiques… À cet égard, Bruno Le Maire – que la crise a conforté comme l’un des ministres clés du gouvernement et un poids lourd d’une Macronie qui en manque cruellement – n’hésite pas à aborder les sujets qui fâchent avec une lecture de nature à rassurer à droite : la dette colossale qu’il faudra bien rembourser, la réforme des retraites aujourd’hui gelée ou les dépenses publiques, qu’il faudra à ses yeux réduire. "Le moment venu", assure celui que certains voient déjà comme un remplaçant potentiel de Jean Castex. Bruno Le Maire, qui trouve le temps d’écrire un livre en pleine pandémie quand d’autres ministres se perdent sur les réseaux sociaux, se défend bien sûr de telles ambitions, à Matignon… ou plus loin. En 2013, dans son "Jours de Pouvoir", n’écrivait-il pas : " En politique, une vérité en chasse une autre, une certitude en balaie une seconde des dogmes anciens. Rien de stable, rien de pérenne, rien de clair ni de tranché, sauf un soir de mai, le résultat de l’élection".

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 23 janvier 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio