Accéder au contenu principal

Voyager heureux

valise

L’adage populaire, que l’on attribue parfois à Jack London, est que ce n’est pas la destination qui compte mais le voyage. Les passagers qui ont pris l’avion ces derniers mois et plus encore cet été, ont pu mesurer toute la profondeur de la sentence tant embarquer à bord d’un Airbus ou d’un Boeing, à Roissy ou New-York, à Toronto ou Londres-Heathrow est devenu une véritable aventure pleine de surprises et, surtout, un véritable parcours du combattant digne de Pékin Express.

Il est vrai que le voyage en avion a singulièrement évolué depuis le milieu du XXe siècle. D’un côté, l’avion n’est plus l’apanage d’une élite mondialisée, et c’est heureux. Sous la poussée des compagnies low cost, il s’est démocratisé et, en 2019, dernière année « normale » avant le choc de la pandémie de Covid-19, quelque 4,5 milliards de personnes ont pris l’avion dans le monde. De l’autre côté, les attentats terroristes survenus dans les années 90 et surtout les attaques islamistes contre les tours jumelles du World Trade Center à New York en 2001 ont conduit à un renforcement drastique des mesures de sécurité qui ont allongé significativement la durée nécessaire à l’embarquement. Il est bien loin le temps où l’on passait quasiment instantanément du hall de l’aéroport à son siège dans la cabine.

Dès lors, le voyage en avion – de l’embarquement à la restitution des bagages – est devenu une machinerie d’une incroyable complexité que le moindre grain de sable peut très vite gripper comme des milliers de passagers s’en sont aperçus début juillet. Lorsque le Covid a frappé de plein fouet le trafic aérien mondial en 2019, le faisant chuter des deux tiers, aéroports et compagnies aériennes se sont séparés d’une partie de leurs personnels qui fait cruellement défaut aujourd’hui pour assurer la reprise post-Covid et faire face au retour des voyageurs. Si l’on ajoute des pannes techniques, des grèves au sol ou dans les cockpits, on arrive à des situations chaotiques qu’on a pu observer au début du mois et dont la plus spectaculaire conséquence concerne les bagages retardés ou perdus des voyageurs dont le taux a bondi de 24 % dans le monde l’an dernier. 

Sur les réseaux sociaux, personnalités ou simples voyageurs ont témoigné de leurs vacances gâchées ou partagé des photos de ces milliers de valises bloquées, dont certaines ne retrouveront peut-être jamais leur propriétaire. Ces derniers peuvent toujours réclamer une indemnisation, telle que prévue par la Convention de Varsovie ou celle de Montréal, mais la complexité de la paperasse nécessaire en décourage beaucoup, au point d’avoir suscité la création de sociétés spécialisées dans les demandes d’indemnisations !

Dès lors, pour conjurer la hantise de perdre sa valise et se prémunir de la galère pour se faire indemniser, chacun s’échange ses astuces : prendre quelques vêtements avec soi en cabine, souscrire une assurance complémentaire ou installer un traceur sur son bagage, etc. D’autres préconisent de ne  voyager qu’avec un bagage cabine, retrouvant là peut-être le véritable esprit du voyage comme le définissait Saint-Exupéry : « Celui qui veut voyager heureux doit voyager léger. »

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 30 juillet 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en