Accéder au contenu principal

Voyager heureux

valise

L’adage populaire, que l’on attribue parfois à Jack London, est que ce n’est pas la destination qui compte mais le voyage. Les passagers qui ont pris l’avion ces derniers mois et plus encore cet été, ont pu mesurer toute la profondeur de la sentence tant embarquer à bord d’un Airbus ou d’un Boeing, à Roissy ou New-York, à Toronto ou Londres-Heathrow est devenu une véritable aventure pleine de surprises et, surtout, un véritable parcours du combattant digne de Pékin Express.

Il est vrai que le voyage en avion a singulièrement évolué depuis le milieu du XXe siècle. D’un côté, l’avion n’est plus l’apanage d’une élite mondialisée, et c’est heureux. Sous la poussée des compagnies low cost, il s’est démocratisé et, en 2019, dernière année « normale » avant le choc de la pandémie de Covid-19, quelque 4,5 milliards de personnes ont pris l’avion dans le monde. De l’autre côté, les attentats terroristes survenus dans les années 90 et surtout les attaques islamistes contre les tours jumelles du World Trade Center à New York en 2001 ont conduit à un renforcement drastique des mesures de sécurité qui ont allongé significativement la durée nécessaire à l’embarquement. Il est bien loin le temps où l’on passait quasiment instantanément du hall de l’aéroport à son siège dans la cabine.

Dès lors, le voyage en avion – de l’embarquement à la restitution des bagages – est devenu une machinerie d’une incroyable complexité que le moindre grain de sable peut très vite gripper comme des milliers de passagers s’en sont aperçus début juillet. Lorsque le Covid a frappé de plein fouet le trafic aérien mondial en 2019, le faisant chuter des deux tiers, aéroports et compagnies aériennes se sont séparés d’une partie de leurs personnels qui fait cruellement défaut aujourd’hui pour assurer la reprise post-Covid et faire face au retour des voyageurs. Si l’on ajoute des pannes techniques, des grèves au sol ou dans les cockpits, on arrive à des situations chaotiques qu’on a pu observer au début du mois et dont la plus spectaculaire conséquence concerne les bagages retardés ou perdus des voyageurs dont le taux a bondi de 24 % dans le monde l’an dernier. 

Sur les réseaux sociaux, personnalités ou simples voyageurs ont témoigné de leurs vacances gâchées ou partagé des photos de ces milliers de valises bloquées, dont certaines ne retrouveront peut-être jamais leur propriétaire. Ces derniers peuvent toujours réclamer une indemnisation, telle que prévue par la Convention de Varsovie ou celle de Montréal, mais la complexité de la paperasse nécessaire en décourage beaucoup, au point d’avoir suscité la création de sociétés spécialisées dans les demandes d’indemnisations !

Dès lors, pour conjurer la hantise de perdre sa valise et se prémunir de la galère pour se faire indemniser, chacun s’échange ses astuces : prendre quelques vêtements avec soi en cabine, souscrire une assurance complémentaire ou installer un traceur sur son bagage, etc. D’autres préconisent de ne  voyager qu’avec un bagage cabine, retrouvant là peut-être le véritable esprit du voyage comme le définissait Saint-Exupéry : « Celui qui veut voyager heureux doit voyager léger. »

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 30 juillet 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio