Accéder au contenu principal

Sobriété et équité

lampe

L’image avait fait bondir les téléspectateurs et internautes les plus attentifs qui suivaient la retransmission de l’interview du président de la République le 14 juillet dernier. Tandis qu’Emmanuel Macron, interrogé sur la crise énergétique consécutive à la guerre en Ukraine, expliquait qu’ « on doit rentrer collectivement dans une logique de sobriété, [qu’]on va préparer un plan pour se mettre en situation de consommer moins » et qu’il faut « faire attention collectivement, le soir aux éclairages quand ils sont inutiles », on pouvait voir en arrière-plan les lustres d’un salon de l’Elysée… brillamment allumés en plein jour. Ce contraste en dit long sur le chemin qu’il reste à parcourir sur la longue voie de la sobriété énergétique et, pour l’État, à se montrer exemplaire en la matière lorsqu’il demande aux Français de faire des efforts.

L’exécutif a-t-il entendu les critiques de l’opposition après l’interview présidentielle ? Ou même les railleries essuyées par le porte-parole du gouvernement Olivier Véran qui incitait récemment les Français, sur un ton paternaliste, à faire des économies d’énergie en débranchant leurs appareils électriques et le wifi de leur box internet ? Comme si ces derniers n’avaient pas – déjà et de longue date – adopté ces gestes qui allègent leur facture…

En tout cas, en dégainant hier une circulaire à ses ministres pour les inciter à mettre en place des mesures visant à diminuer la consommation d’énergie de leur administration, la Première ministre Elisabeth Borne a voulu montrer sa bonne volonté et l’exemple. À l’heure où la grande distribution a pris des engagements clairs en faveur de la sobriété et où l’on va en finir avec l’aberration de laisser des commerces climatisés portes ouvertes ou des enseignes lumineuses allumées toute la nuit, il était temps…

L’envoi de la circulaire ministérielle – la quatrième sur le sujet depuis 2015 –, l’adoption de petits gestes écologiques, critiqués tantôt pour leur insignifiance tantôt pour leur côté punitif voire gadget sont, n’en doutons pas, nécessaires, et même utiles. Mais ils restent forcément insuffisants pour affronter le défi énergétique colossal qui nous attend et qui va nécessiter des mesures autrement plus contraignantes et surtout bien plus profondes que celles qui sont prises actuellement en France et chez nos voisins européens sous l’impulsion du plan énergétique de la Commission européenne.

Lors du choc pétrolier de 1973, la France avait lancé une vaste campagne de chasse au gaspi – le fameux « en France, on n’a pas de pétrole mais on a des idées » – avec des mesures structurelles fortes comme des limitations importantes de la vitesse sur les routes ou la mise en place des premières normes d’efficacité énergétique pour les nouveaux bâtiments.

Aujourd’hui, la crise de l’énergie déclenchée par la guerre en Ukraine peut être l’opportunité d’accélérer la transition énergétique et d’impulser une sobriété qu’aucun rapport du Giec, aussi alarmant soit-il, n’avait pour l’heure déclenchée. Relever ce défi est à notre portée, en France comme en Europe, à condition que dans la mobilisation générale, l’acceptabilité des mesures et l’équité prévalent pour que les plus fragiles – petites entreprises comme ménages modestes – ne restent pas sur le bord du chemin.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 27 juillet 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio