Accéder au contenu principal

Sobriété et équité

lampe

L’image avait fait bondir les téléspectateurs et internautes les plus attentifs qui suivaient la retransmission de l’interview du président de la République le 14 juillet dernier. Tandis qu’Emmanuel Macron, interrogé sur la crise énergétique consécutive à la guerre en Ukraine, expliquait qu’ « on doit rentrer collectivement dans une logique de sobriété, [qu’]on va préparer un plan pour se mettre en situation de consommer moins » et qu’il faut « faire attention collectivement, le soir aux éclairages quand ils sont inutiles », on pouvait voir en arrière-plan les lustres d’un salon de l’Elysée… brillamment allumés en plein jour. Ce contraste en dit long sur le chemin qu’il reste à parcourir sur la longue voie de la sobriété énergétique et, pour l’État, à se montrer exemplaire en la matière lorsqu’il demande aux Français de faire des efforts.

L’exécutif a-t-il entendu les critiques de l’opposition après l’interview présidentielle ? Ou même les railleries essuyées par le porte-parole du gouvernement Olivier Véran qui incitait récemment les Français, sur un ton paternaliste, à faire des économies d’énergie en débranchant leurs appareils électriques et le wifi de leur box internet ? Comme si ces derniers n’avaient pas – déjà et de longue date – adopté ces gestes qui allègent leur facture…

En tout cas, en dégainant hier une circulaire à ses ministres pour les inciter à mettre en place des mesures visant à diminuer la consommation d’énergie de leur administration, la Première ministre Elisabeth Borne a voulu montrer sa bonne volonté et l’exemple. À l’heure où la grande distribution a pris des engagements clairs en faveur de la sobriété et où l’on va en finir avec l’aberration de laisser des commerces climatisés portes ouvertes ou des enseignes lumineuses allumées toute la nuit, il était temps…

L’envoi de la circulaire ministérielle – la quatrième sur le sujet depuis 2015 –, l’adoption de petits gestes écologiques, critiqués tantôt pour leur insignifiance tantôt pour leur côté punitif voire gadget sont, n’en doutons pas, nécessaires, et même utiles. Mais ils restent forcément insuffisants pour affronter le défi énergétique colossal qui nous attend et qui va nécessiter des mesures autrement plus contraignantes et surtout bien plus profondes que celles qui sont prises actuellement en France et chez nos voisins européens sous l’impulsion du plan énergétique de la Commission européenne.

Lors du choc pétrolier de 1973, la France avait lancé une vaste campagne de chasse au gaspi – le fameux « en France, on n’a pas de pétrole mais on a des idées » – avec des mesures structurelles fortes comme des limitations importantes de la vitesse sur les routes ou la mise en place des premières normes d’efficacité énergétique pour les nouveaux bâtiments.

Aujourd’hui, la crise de l’énergie déclenchée par la guerre en Ukraine peut être l’opportunité d’accélérer la transition énergétique et d’impulser une sobriété qu’aucun rapport du Giec, aussi alarmant soit-il, n’avait pour l’heure déclenchée. Relever ce défi est à notre portée, en France comme en Europe, à condition que dans la mobilisation générale, l’acceptabilité des mesures et l’équité prévalent pour que les plus fragiles – petites entreprises comme ménages modestes – ne restent pas sur le bord du chemin.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 27 juillet 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan