Accéder au contenu principal

Consternation

fire

Depuis plusieurs semaines maintenant les Français observent avec consternation la survenue d’incendies de grande ampleur, de l’Hérault à l’Ardèche, de la Manche au Finistère, des Alpilles à la Gironde où le mégafeu de la Teste-de-Buch, tout près de la dune du Pilat, a suscité une vive émotion dans tout le pays. À la tristesse de voir des paysages familiers disparaître, de voir des centaines d’hectares engloutis par les flammes, de voir des habitants hébétés contraints d’évacuer dans l’urgence leur domicile ou leur résidence de vacances, de voir des entrepreneurs du tourisme ou de la sylviculture qui ont tout perdu ; à l’empathie et la reconnaissance ressenties envers les sapeurs-pompiers qui luttent avec professionnalisme et abnégation, sans relâche et au péril de leur vie, contre les flammes, à tous ces sentiments qui nous étreignent s’ajoutent la consternation et l’incompréhension lorsque les minutieuses enquêtes menées pour connaître l’origine du feu conduisent à l’implication volontaire de l’homme…

Certes, 90 % des incendies de forêts sont dus à l’homme. Des incendies involontaires qui montrent qu’en dépit de toutes les alertes émises par les autorités et de tous les articles de presse qui soulignent la fragilité de l’environnement en période de sécheresse et de canicule, les messages de grande prudence pour les touristes et les habitants sont encore à renforcer. La pédagogie est l’art de la répétition et il faudra encore et encore expliquer, éduquer les plus jeunes dès l’école au respect de la nature.

Mais à côté de ces incendies « accidentels » on trouve donc les incendies volontaires qui représentent 10 % des quelque 300 000 feux qui surviennent chaque année selon les données de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN). Et parmi les auteurs de ces incendies volontaires aux mobiles disparates - vandalisme gratuit, vengeance, escroquerie à l’assurance - on trouve des pyromanes. C’est-à-dire, au sens psychiatrique du terme, des hommes - les femmes ne représentent que 1 % des pyromanes - qui souffrent d’un trouble de la personnalité s’exprimant par la fascination du feu, de l’excitation du passage à l’acte à la satisfaction de contempler les flammes… et des conséquences qu’elles provoquent. Ces criminels reviennent en effet souvent sur lieu de leur forfait pour apporter leur aide aux secours et passer pour des sauveurs. Le pyromane se fait ainsi pompier… Mais que dire des pompiers-pyromanes : ce profil est - heureusement - rarissime mais il existe comme le montre l’enquête sur une série d’incendies dans l’Hérault.

Anticiper la pyromanie - dont le terme a été introduit pour la première fois en 1833 par le psychiatre français Henri Marc - relève de l’impossible gageure. Il y a aura, hélas, toujours des pyromanes. Raison de plus pour agir fortement en amont des incendies en sensibilisant la population aux risques, et en aval en renforçant les moyens des secours.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 29 juillet 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan