Accéder au contenu principal

Reparlementarisation

assemblee

Le coup de chaud qui a saisi l’hémicycle de l’Assemblée nationale dans la nuit de mardi à mercredi autour d’un amendement demandant une revalorisation supplémentaire de 500 millions d’euros pour les pensions de retraite, voté puis retiré – pataquès qui arrive après plusieurs « couacs » subis par le gouvernement – illustre combien la vie politique française s’est reparlementarisée depuis les élections législatives de juin. Et cela constitue plutôt une bonne nouvelle pour notre démocratie, habituée depuis trop longtemps à se satisfaire d’un Parlement docile voire effacé devant un exécutif tout puissant qui attend d’être obéi.

Alors que certains pronostiquaient au soir du second tour des législatives des « blocages » insurmontables, de la « paralysie » permanente, du « chaos » en veux-tu en voilà, de l’obstruction systématique de la part d’oppositions plus radicales et plus nombreuses – et donc moins dociles et moins insignifiantes que par le passé – les semaines qui viennent de s’écouler montrent, au contraire, que le travail parlementaire se fait. Certes les débats sont plus longs – avec un marathon de séances de nuit interminables qu’il faudrait sans doute limiter. Certes le gouvernement d’Elisabeth Borne est contraint d’aller chercher sur chaque texte, pour ne pas dire chaque amendement, les votes des députés qui lui font défaut. Certes les oppositions de gauche de la Nupes, de droite des Républicains et d’extrême droite du Rassemblement national donnent de la voix et font de temps en temps claquer d’exaspération leurs pupitres. Certes, la fatigue ou la colère aidant, les invectives et les noms d’oiseau fusent parfois d’un banc à l’autre et se prolongent sur Twitter. Mais au final, le pays n’est pas enlisé et l’Assemblée nationale, dont les visages des députés ont été largement renouvelés, travaille, avance et apparaît comme le cœur battant de la vie politique.

Même Emmanuel Macron l’a concédé. « Les premières semaines de débats au Parlement montrent que le pays n’est pas bloqué » a dit le président de la République lundi devant ses conseillers, se félicitant, selon une indiscrétion du Canard Enchaîné, que sur les textes du pouvoir d’achat et du projet de loi de finances rectificative, « le texte final est très proche de ce que voulait le gouvernement » et qu’ « il a même été amélioré par certains amendements. » De quoi satisfaire l’exécutif et la majorité présidentielle quant aux vertus de l’écoute et de la recherche du compromis ; cette « nouvelle méthode » promise par Emmanuel Macron car réclamée et finalement imposée à lui par les Français.

Ce fonctionnement peut-il perdurer ? Cette nouvelle méthode de recherche de compromis – expérimentée de longue date chez nos voisins européens – peut-elle durablement s’installer ? L’avenir le dira quand des reformes plus clivantes que des mesures consensuelles pour le pouvoir d’achat arriveront devant l’Assemblée, comme la réforme des retraites ou celle de l’Assurance chômage. La main tendue pour bâtir des compromis n’exclut pas de violents bras de fer entre majorité présidentielle et oppositions, et peut-être au sein même de la majorité.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 28 juillet 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio