Accéder au contenu principal

Reparlementarisation

assemblee

Le coup de chaud qui a saisi l’hémicycle de l’Assemblée nationale dans la nuit de mardi à mercredi autour d’un amendement demandant une revalorisation supplémentaire de 500 millions d’euros pour les pensions de retraite, voté puis retiré – pataquès qui arrive après plusieurs « couacs » subis par le gouvernement – illustre combien la vie politique française s’est reparlementarisée depuis les élections législatives de juin. Et cela constitue plutôt une bonne nouvelle pour notre démocratie, habituée depuis trop longtemps à se satisfaire d’un Parlement docile voire effacé devant un exécutif tout puissant qui attend d’être obéi.

Alors que certains pronostiquaient au soir du second tour des législatives des « blocages » insurmontables, de la « paralysie » permanente, du « chaos » en veux-tu en voilà, de l’obstruction systématique de la part d’oppositions plus radicales et plus nombreuses – et donc moins dociles et moins insignifiantes que par le passé – les semaines qui viennent de s’écouler montrent, au contraire, que le travail parlementaire se fait. Certes les débats sont plus longs – avec un marathon de séances de nuit interminables qu’il faudrait sans doute limiter. Certes le gouvernement d’Elisabeth Borne est contraint d’aller chercher sur chaque texte, pour ne pas dire chaque amendement, les votes des députés qui lui font défaut. Certes les oppositions de gauche de la Nupes, de droite des Républicains et d’extrême droite du Rassemblement national donnent de la voix et font de temps en temps claquer d’exaspération leurs pupitres. Certes, la fatigue ou la colère aidant, les invectives et les noms d’oiseau fusent parfois d’un banc à l’autre et se prolongent sur Twitter. Mais au final, le pays n’est pas enlisé et l’Assemblée nationale, dont les visages des députés ont été largement renouvelés, travaille, avance et apparaît comme le cœur battant de la vie politique.

Même Emmanuel Macron l’a concédé. « Les premières semaines de débats au Parlement montrent que le pays n’est pas bloqué » a dit le président de la République lundi devant ses conseillers, se félicitant, selon une indiscrétion du Canard Enchaîné, que sur les textes du pouvoir d’achat et du projet de loi de finances rectificative, « le texte final est très proche de ce que voulait le gouvernement » et qu’ « il a même été amélioré par certains amendements. » De quoi satisfaire l’exécutif et la majorité présidentielle quant aux vertus de l’écoute et de la recherche du compromis ; cette « nouvelle méthode » promise par Emmanuel Macron car réclamée et finalement imposée à lui par les Français.

Ce fonctionnement peut-il perdurer ? Cette nouvelle méthode de recherche de compromis – expérimentée de longue date chez nos voisins européens – peut-elle durablement s’installer ? L’avenir le dira quand des reformes plus clivantes que des mesures consensuelles pour le pouvoir d’achat arriveront devant l’Assemblée, comme la réforme des retraites ou celle de l’Assurance chômage. La main tendue pour bâtir des compromis n’exclut pas de violents bras de fer entre majorité présidentielle et oppositions, et peut-être au sein même de la majorité.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 28 juillet 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en