Accéder au contenu principal

Objectif Mars



Le déconfinement et les leçons à tirer des conséquences de la pandémie de Covid-19 – toujours en cours – ont laissé penser qu’un nouveau monde allait advenir. Plus rien ne serait comme avant, disait-on. Mais ce nouveau monde-là peine à apparaître et d’aucuns redoutent qu’il ne soit pire que l’ancien. Un autre nouveau monde, pourtant, beaucoup plus enthousiasmant et ouvrant des perspectives aussi immenses qu’inconnues, émerge depuis plusieurs années : l’espace. Alors que ce jeudi doit décoller la mission spatiale Mars 2020, les initiatives se sont multipliées et accélérées, venant tant de sociétés du « new space » comme l’américaine Space X, ou d’Etats qui se lancent dans l’exploration spatiale comme la Chine, l’Inde ou les Emirats arabes unis.
Et c’est Mars qui concentre toutes les ambitions. La planète rouge, qui fascine l’homme depuis l’antiquité et nourrit sans cesse littérature et cinéma, n’en finit pas d’attirer toute l’attention.

Attention scientifique en premier lieu avec cette question simple et lancinante : y a-t-il eu de la vie sur Mars ? Pour le prouver définitivement, la mission Mars 2020 va collecter des échantillons de roches martiennes qu’il faudra ensuite ramener sur Terre au terme d’un incroyable périple mobilisant plusieurs autres missions toutes plus inédites, complexes et techniques que les autres. Et dans cette odyssée du XXIe siècle, la France, qui vient de fournir au nouveau rover Perseverance la caméra SuperCam conçue à Toulouse, tient un rôle de choix. Assurément un motif de fierté pour notre région, capitale européenne de l’espace.

Mais l’aventure martienne n’est pas que scientifique, elle est aussi géopolitique et à terme économique. Donald Trump l’a bien compris lui qui annonçait à peine élu « nous devons dominer l’espace » et qui ambitionne désormais de revoir les règles du droit international pour exploiter les ressources minières de la Lune – première étape vers Mars – quitte à contourner le Traité de l’Espace de 1967 qui stipule que l’activité spatiale ne peut être poursuivie qu’à des fins pacifiques...

Enfin, les missions vers Mars constituent une aventure humaine en partage avec l’objectif ultime d’envoyer un homme ou une femme sur Mars. Cet immense défi, inaccessible aujourd’hui, résonne en chacun de nous. Car dans la conquête de l’espace, dans l’exploration de l’univers, il y a pour l’homme l’exploration de sa propre humanité.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 30 juillet 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…