Accéder au contenu principal

Egalité réelle

femme

La démission de Christophe Girard, jeudi dernier, de son poste d’adjoint à la Culture de la maire PS de Paris Anne Hidalgo, sous la pression publique, médiatique et politique de militantes féministes et plus particulièrement d’une élue d’Europe Ecologie Les Verts, Alice Coffin, a fait monter le curseur d’un cran dans la lutte radicale que mènent certains mouvements de défense des femmes. Christophe Girard a été vilipendé par ces derniers pour avoir par le passé ponctuellement aidé ou appuyé des aides en faveur de l’écrivain Gabriel Matzneff, accusé de pédophilie. Dans cette affaire, l’élu parisien, ancien dirigeant de la maison Yves Saint-Laurent, n’a com- mis aucun délit et plaidé la naïveté quant à sa connaissance des méfaits de Matzneff. Se disant « écœurée », Anne Hidalgo entendait saisir la justice pour les « graves injures publiques » proférées.
Cette démission est en tout cas le nouvel épisode – sans doute pas le dernier – d’un bras de fer entre ceux qui estiment que les mouvements féministes en font trop, bafouant la présomption d’innocence et s’érigeant en censeur moraliste, et ceux qui trouvent normal que les femmes, trop longtemps réduites au silence, donnent enfin de la voix pour ne plus rien laisser passer, des comportements machistes au harcèlement de rue, des humiliations en entreprises aux violences physiques à domicile dont certaines conduisent aux féminicides. La nomination au ministère de l’Intérierur de Gérald Darmamin, accusé de viol, et celle à la Justice d’Eric Dupond-Moretti, contempteur du mouvement de libération de la parole des femmes victimes MeToo, ont, à cet égard, jeté un trouble légitime et questionnent sur la volonté du gouvernement de réellement conduire une politique en faveur de la lutte contre les violences faites aux femmes.
Car dans beaucoup de ces affaires, si la question judiciaire est évidemment importante – qui pourrait s’op- poser en démocratie au respect du principe de la présomption d’innocence ? – elle ne saurait être la seule dimension qui vaille. Il y a aussi la force des symboles, la nécessité de restaurer l’exemplarité républicaine et d’afficher des preuves concrètes en faveur de l’égalité homme-femme, ou encore le toujours délicat exercice, pour les responsables politiques, de trouver le juste équilibre entre éthique de conviction et éthique de responsabilité. Au final, ces affaires nous interrogent tous sur la société que nous voulons construire pour demain. Les mouvements féministes radicaux – les Femen hier, de jeunes mouvements agiles sur les réseaux sociaux aujourd’hui – veulent accélérer pour enfin dépasser les tergiversations, quitte à choquer ou à tomber dans le buzz du moment. Mais l’histoire a montré que les coups d’éclat peuvent ouvrir des pistes, secouer les consciences et bousculer les statu quo. À condition qu’ensuite, on parvienne à rassembler, à entraîner l’ensemble de la société, femmes ET hommes, pour arriver à l’égalité réelle.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 28 juillet 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan