Accéder au contenu principal

Egalité réelle

femme

La démission de Christophe Girard, jeudi dernier, de son poste d’adjoint à la Culture de la maire PS de Paris Anne Hidalgo, sous la pression publique, médiatique et politique de militantes féministes et plus particulièrement d’une élue d’Europe Ecologie Les Verts, Alice Coffin, a fait monter le curseur d’un cran dans la lutte radicale que mènent certains mouvements de défense des femmes. Christophe Girard a été vilipendé par ces derniers pour avoir par le passé ponctuellement aidé ou appuyé des aides en faveur de l’écrivain Gabriel Matzneff, accusé de pédophilie. Dans cette affaire, l’élu parisien, ancien dirigeant de la maison Yves Saint-Laurent, n’a com- mis aucun délit et plaidé la naïveté quant à sa connaissance des méfaits de Matzneff. Se disant « écœurée », Anne Hidalgo entendait saisir la justice pour les « graves injures publiques » proférées.
Cette démission est en tout cas le nouvel épisode – sans doute pas le dernier – d’un bras de fer entre ceux qui estiment que les mouvements féministes en font trop, bafouant la présomption d’innocence et s’érigeant en censeur moraliste, et ceux qui trouvent normal que les femmes, trop longtemps réduites au silence, donnent enfin de la voix pour ne plus rien laisser passer, des comportements machistes au harcèlement de rue, des humiliations en entreprises aux violences physiques à domicile dont certaines conduisent aux féminicides. La nomination au ministère de l’Intérierur de Gérald Darmamin, accusé de viol, et celle à la Justice d’Eric Dupond-Moretti, contempteur du mouvement de libération de la parole des femmes victimes MeToo, ont, à cet égard, jeté un trouble légitime et questionnent sur la volonté du gouvernement de réellement conduire une politique en faveur de la lutte contre les violences faites aux femmes.
Car dans beaucoup de ces affaires, si la question judiciaire est évidemment importante – qui pourrait s’op- poser en démocratie au respect du principe de la présomption d’innocence ? – elle ne saurait être la seule dimension qui vaille. Il y a aussi la force des symboles, la nécessité de restaurer l’exemplarité républicaine et d’afficher des preuves concrètes en faveur de l’égalité homme-femme, ou encore le toujours délicat exercice, pour les responsables politiques, de trouver le juste équilibre entre éthique de conviction et éthique de responsabilité. Au final, ces affaires nous interrogent tous sur la société que nous voulons construire pour demain. Les mouvements féministes radicaux – les Femen hier, de jeunes mouvements agiles sur les réseaux sociaux aujourd’hui – veulent accélérer pour enfin dépasser les tergiversations, quitte à choquer ou à tomber dans le buzz du moment. Mais l’histoire a montré que les coups d’éclat peuvent ouvrir des pistes, secouer les consciences et bousculer les statu quo. À condition qu’ensuite, on parvienne à rassembler, à entraîner l’ensemble de la société, femmes ET hommes, pour arriver à l’égalité réelle.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 28 juillet 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…