Accéder au contenu principal

Egalité réelle

femme

La démission de Christophe Girard, jeudi dernier, de son poste d’adjoint à la Culture de la maire PS de Paris Anne Hidalgo, sous la pression publique, médiatique et politique de militantes féministes et plus particulièrement d’une élue d’Europe Ecologie Les Verts, Alice Coffin, a fait monter le curseur d’un cran dans la lutte radicale que mènent certains mouvements de défense des femmes. Christophe Girard a été vilipendé par ces derniers pour avoir par le passé ponctuellement aidé ou appuyé des aides en faveur de l’écrivain Gabriel Matzneff, accusé de pédophilie. Dans cette affaire, l’élu parisien, ancien dirigeant de la maison Yves Saint-Laurent, n’a com- mis aucun délit et plaidé la naïveté quant à sa connaissance des méfaits de Matzneff. Se disant « écœurée », Anne Hidalgo entendait saisir la justice pour les « graves injures publiques » proférées.
Cette démission est en tout cas le nouvel épisode – sans doute pas le dernier – d’un bras de fer entre ceux qui estiment que les mouvements féministes en font trop, bafouant la présomption d’innocence et s’érigeant en censeur moraliste, et ceux qui trouvent normal que les femmes, trop longtemps réduites au silence, donnent enfin de la voix pour ne plus rien laisser passer, des comportements machistes au harcèlement de rue, des humiliations en entreprises aux violences physiques à domicile dont certaines conduisent aux féminicides. La nomination au ministère de l’Intérierur de Gérald Darmamin, accusé de viol, et celle à la Justice d’Eric Dupond-Moretti, contempteur du mouvement de libération de la parole des femmes victimes MeToo, ont, à cet égard, jeté un trouble légitime et questionnent sur la volonté du gouvernement de réellement conduire une politique en faveur de la lutte contre les violences faites aux femmes.
Car dans beaucoup de ces affaires, si la question judiciaire est évidemment importante – qui pourrait s’op- poser en démocratie au respect du principe de la présomption d’innocence ? – elle ne saurait être la seule dimension qui vaille. Il y a aussi la force des symboles, la nécessité de restaurer l’exemplarité républicaine et d’afficher des preuves concrètes en faveur de l’égalité homme-femme, ou encore le toujours délicat exercice, pour les responsables politiques, de trouver le juste équilibre entre éthique de conviction et éthique de responsabilité. Au final, ces affaires nous interrogent tous sur la société que nous voulons construire pour demain. Les mouvements féministes radicaux – les Femen hier, de jeunes mouvements agiles sur les réseaux sociaux aujourd’hui – veulent accélérer pour enfin dépasser les tergiversations, quitte à choquer ou à tomber dans le buzz du moment. Mais l’histoire a montré que les coups d’éclat peuvent ouvrir des pistes, secouer les consciences et bousculer les statu quo. À condition qu’ensuite, on parvienne à rassembler, à entraîner l’ensemble de la société, femmes ET hommes, pour arriver à l’égalité réelle.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 28 juillet 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à