Accéder au contenu principal

L'effet "grippette"



Le relâchement des Français, et plus particulièrement des jeunes, dans l’application des mesures de distanciation sociale et des gestes barrière pour lutter contre la propagation du coronavirus, inquiète de plus en plus les autorités alors que nous sommes toujours sous la menace d’une reprise de l’épidémie. Une deuxième vague qui reste pour l’heure hypothétique – pronostiquée par certains experts, démentie par d’autres – mais à laquelle il faut malgré tout se préparer, alors qu’on a comptabilisé une centaine de nouveaux clusters partout en France.

Face à cette situation, la jeunesse est particulièrement montrée du doigt. Les jeunes ne prendraient pas assez la mesure de la gravité de la situation, de la contagiosité du virus, seraient dans un sentiment de toute-puissance face à ce que beaucoup considèrent comme une maladie bénigne. On a ainsi vu depuis le déconfinement des attroupements de jeunes dans des parcs ou devant des bars où chacun finit par se rapprocher au fil de la soirée et où les masques tombent. Dans certaines villes, les interventions pour tapage nocturne se sont multipliées face à des fêtes privées organisées en catimini dans des appartements.

Ce relâchement de la jeunesse était toutefois prévisible car elle a particulièrement souffert du confinement. Chez les 18-24 ans, 24 % ont trouvé le confinement très pénible, beaucoup de jeunes se sont retrouvés isolés à ce moment de leur vie où les interactions sociales sont capitales et nombreux sont ceux qui craignent la crise socio-économique qui vient… Pas étonnant dès lors que depuis le 11 mai, et plus encore avec les vacances et l’été, il y ait le besoin de se retrouver, de faire la fête, de renouer avec la vie d’avant.

On aurait toutefois tort de stigmatiser la seule jeunesse car le relâchement des comportements concerne bel et bien toute la population et a parfaitement été documenté par plusieurs enquêtes. Fin juin, Santé publique France observait ainsi que 55 % des Français continuaient à "saluer sans se serrer la main et arrêter les embrassades" et à "garder une distance d’au moins un mètre", contre 85 % en mars. De même les 35-49 ans adoptaient moins systématiquement le port du masque…

Derrière ce relâchement – qui montre combien l’homme est un animal social en recherche d’interactions – se trouve la question de la perception du risque, propre à chacun d’entre nous. Deux chercheurs ont montré début juillet combien beaucoup de Français ont été sensibles à un "biais d’ancrage" quand il s’agit de prendre la mesure du risque. C’est-à-dire que le jugement de beaucoup d’entre eux s’est forgé (ancré) à partir des premières informations rassurantes du début de l’épidémie, et malgré de nouvelles informations plus alarmantes, certains en sont restés à l’idée que la Covid-19 n’était qu’une "grippette" – comme l’avait expliqué, entre autres, le Pr Raoult – et que les gestes barrière sont donc accessoires… Toute la difficulté, pour le gouvernement est donc de lutter contre cet "effet grippette" persistant, en communiquant de la façon la plus juste, claire et transparente possible.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 29 juillet 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E