Accéder au contenu principal

L'effet "grippette"



Le relâchement des Français, et plus particulièrement des jeunes, dans l’application des mesures de distanciation sociale et des gestes barrière pour lutter contre la propagation du coronavirus, inquiète de plus en plus les autorités alors que nous sommes toujours sous la menace d’une reprise de l’épidémie. Une deuxième vague qui reste pour l’heure hypothétique – pronostiquée par certains experts, démentie par d’autres – mais à laquelle il faut malgré tout se préparer, alors qu’on a comptabilisé une centaine de nouveaux clusters partout en France.

Face à cette situation, la jeunesse est particulièrement montrée du doigt. Les jeunes ne prendraient pas assez la mesure de la gravité de la situation, de la contagiosité du virus, seraient dans un sentiment de toute-puissance face à ce que beaucoup considèrent comme une maladie bénigne. On a ainsi vu depuis le déconfinement des attroupements de jeunes dans des parcs ou devant des bars où chacun finit par se rapprocher au fil de la soirée et où les masques tombent. Dans certaines villes, les interventions pour tapage nocturne se sont multipliées face à des fêtes privées organisées en catimini dans des appartements.

Ce relâchement de la jeunesse était toutefois prévisible car elle a particulièrement souffert du confinement. Chez les 18-24 ans, 24 % ont trouvé le confinement très pénible, beaucoup de jeunes se sont retrouvés isolés à ce moment de leur vie où les interactions sociales sont capitales et nombreux sont ceux qui craignent la crise socio-économique qui vient… Pas étonnant dès lors que depuis le 11 mai, et plus encore avec les vacances et l’été, il y ait le besoin de se retrouver, de faire la fête, de renouer avec la vie d’avant.

On aurait toutefois tort de stigmatiser la seule jeunesse car le relâchement des comportements concerne bel et bien toute la population et a parfaitement été documenté par plusieurs enquêtes. Fin juin, Santé publique France observait ainsi que 55 % des Français continuaient à "saluer sans se serrer la main et arrêter les embrassades" et à "garder une distance d’au moins un mètre", contre 85 % en mars. De même les 35-49 ans adoptaient moins systématiquement le port du masque…

Derrière ce relâchement – qui montre combien l’homme est un animal social en recherche d’interactions – se trouve la question de la perception du risque, propre à chacun d’entre nous. Deux chercheurs ont montré début juillet combien beaucoup de Français ont été sensibles à un "biais d’ancrage" quand il s’agit de prendre la mesure du risque. C’est-à-dire que le jugement de beaucoup d’entre eux s’est forgé (ancré) à partir des premières informations rassurantes du début de l’épidémie, et malgré de nouvelles informations plus alarmantes, certains en sont restés à l’idée que la Covid-19 n’était qu’une "grippette" – comme l’avait expliqué, entre autres, le Pr Raoult – et que les gestes barrière sont donc accessoires… Toute la difficulté, pour le gouvernement est donc de lutter contre cet "effet grippette" persistant, en communiquant de la façon la plus juste, claire et transparente possible.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 29 juillet 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio