Accéder au contenu principal

Une vie de courage

Simone Veil à son bureau en 1974. / Photo AFP


À l'heure où l'Europe se déchire sur les migrants, déstabilisée par sa propre inhumanité, oubliant les valeurs sur lesquelles elle s'est construite et les raisons de son édification après la Seconde Guerre mondiale, la France rend hommage ce dimanche à l'une des plus ferventes européennes en l'accueillant au Panthéon. Simone Veil, dont l'histoire personnelle a épousé son siècle, a toujours fait preuve de ce qui, aujourd'hui, fait cruellement le plus défaut à l'Europe : le courage. Ce courage – c'est-à-dire « tenir les yeux ouverts sur la lumière comme sur la mort » selon Albert Camus – qui aura, d'évidence, marqué chaque étape de la vie de Simone Veil.

Courage de la belle lycéenne aux yeux bleus, arrêtée à Nice en 1944 à l'âge de 16 ans et déportée à Auschwitz avec sa sœur Madeleine et sa mère Yvonne, qui succombera après la terrible Marche de la mort vers Bergen-Belsen.

Courage de la jeune femme qui surmonta les corsets sociaux d'une époque cantonnant les femmes dans leurs foyers, pour embrasser en 1956 une carrière de magistrate, où son sens de la justice et de l'éthique la conduisit jusqu'au secrétariat général du Conseil supérieur de la magistrature.

Courage de la jeune ministre de Valéry Giscard d'Estaing qui porta – qui incarna même – en 1974 la loi légalisant l'avortement, supportant les injures odieuses de l'extrême droite et, jusqu'aux larmes à l'Assemblée nationale, les attaques abjectes venant même de son propre camp.

Courage de la femme politique qui a très tôt acquis la conviction de l'importance d'une Union européenne pour préserver la paix d'un continent meurtri par deux Guerres mondiales, et qui fut élue en 1979 à la présidence d'un si jeune Parlement européen.

Courage, enfin, de la rescapée des camps de la mort, qui revint en 2004 sur les lieux de son supplice pour transmettre son histoire et la mémoire de la Shoah à cinq de ses petits-enfants, et par extension aux Français, dont elle était devenue l'une des personnalités préférées et qui sera l'une de leurs immortelles en 2010 à l'Académie française.

Lorsqu'en 1964, André Malraux accueillit les cendres de Jean Moulin au Panthéon, il termina son oraison funèbre, en exhortant la jeunesse de France à penser à cet homme, comme elle aurait « approché ses mains de sa pauvre face informe du dernier jour, de ses lèvres qui n'avaient pas parlé. Ce jour-là, elle était le visage de la France… » En ce dimanche de juillet, Simone Veil s'apprête à reposer près du grand résistant. Aujourd'hui, elle est le visage de la France.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du 1er juillet 2018)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t