Accéder au contenu principal

Une vie de courage

Simone Veil à son bureau en 1974. / Photo AFP


À l'heure où l'Europe se déchire sur les migrants, déstabilisée par sa propre inhumanité, oubliant les valeurs sur lesquelles elle s'est construite et les raisons de son édification après la Seconde Guerre mondiale, la France rend hommage ce dimanche à l'une des plus ferventes européennes en l'accueillant au Panthéon. Simone Veil, dont l'histoire personnelle a épousé son siècle, a toujours fait preuve de ce qui, aujourd'hui, fait cruellement le plus défaut à l'Europe : le courage. Ce courage – c'est-à-dire « tenir les yeux ouverts sur la lumière comme sur la mort » selon Albert Camus – qui aura, d'évidence, marqué chaque étape de la vie de Simone Veil.

Courage de la belle lycéenne aux yeux bleus, arrêtée à Nice en 1944 à l'âge de 16 ans et déportée à Auschwitz avec sa sœur Madeleine et sa mère Yvonne, qui succombera après la terrible Marche de la mort vers Bergen-Belsen.

Courage de la jeune femme qui surmonta les corsets sociaux d'une époque cantonnant les femmes dans leurs foyers, pour embrasser en 1956 une carrière de magistrate, où son sens de la justice et de l'éthique la conduisit jusqu'au secrétariat général du Conseil supérieur de la magistrature.

Courage de la jeune ministre de Valéry Giscard d'Estaing qui porta – qui incarna même – en 1974 la loi légalisant l'avortement, supportant les injures odieuses de l'extrême droite et, jusqu'aux larmes à l'Assemblée nationale, les attaques abjectes venant même de son propre camp.

Courage de la femme politique qui a très tôt acquis la conviction de l'importance d'une Union européenne pour préserver la paix d'un continent meurtri par deux Guerres mondiales, et qui fut élue en 1979 à la présidence d'un si jeune Parlement européen.

Courage, enfin, de la rescapée des camps de la mort, qui revint en 2004 sur les lieux de son supplice pour transmettre son histoire et la mémoire de la Shoah à cinq de ses petits-enfants, et par extension aux Français, dont elle était devenue l'une des personnalités préférées et qui sera l'une de leurs immortelles en 2010 à l'Académie française.

Lorsqu'en 1964, André Malraux accueillit les cendres de Jean Moulin au Panthéon, il termina son oraison funèbre, en exhortant la jeunesse de France à penser à cet homme, comme elle aurait « approché ses mains de sa pauvre face informe du dernier jour, de ses lèvres qui n'avaient pas parlé. Ce jour-là, elle était le visage de la France… » En ce dimanche de juillet, Simone Veil s'apprête à reposer près du grand résistant. Aujourd'hui, elle est le visage de la France.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du 1er juillet 2018)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…