Accéder au contenu principal

Mythe

L'ouverture de nouvelles archives sur l'assassinat du président John Fiztgerald Kennedy, autorisée par Donald Trump, n'est bien sûr pas dénuée d'arrière-pensées politiques. L'éruptif président des États-Unis sait qu'en communiquant sur elles, il conforte une partie de son électorat versée dans le complotisme. Et la suspension pour six mois de la publication de certains documents, à la demande des services de renseignements, ravira ces défenseurs des «faits alternatifs» qui, quoi qu'il arrive, martèleront qu'«on nous cache la vérité».

En ouvrant ces archives, Trump, qui cumule beaucoup de déconvenues pour mettre en place sa politique depuis son installation à la Maison Blanche, se met aussi au niveau de l'Américain moyen qui, année après année, reste toujours autant fasciné par les événements du 22 novembre 1963 et veut savoir ce qui s'est réellement passé à Dallas. Enfin, avec la déclassification des archives annoncée par un tweet, Donald Trump se présidentialise en s'inscrivant peu ou prou dans l'histoire d'un mythe.

Car l'assassinat de JFK, qui aurait pu n'être qu'un président parmi d'autres, est devenu au fil des ans, un mythe fondateur ; le pendant tragique de l'American Dream.

Les Américains d'aujourd'hui ont gommé les aspects les moins reluisants de sa présidence : sa responsabilité dans les prémisses de la guerre du Vietnam qui sera déclenchée par son successeur et constituera un traumatisme majeur pour le pays, le fiasco du débarquement de la baie des cochons à Cuba pour y déloger Castro, le soutien aux coups d'États et assassinats politiques dans divers pays d'Amérique du Sud, les relations troubles de sa famille et de lui-même avec la mafia, et pour finir ses frasques sexuelles.

Par contre, JFK, qui a su mesurer très tôt l'importance des médias et de la télévision, reste dans l'inconscient collectif ce jeune président charismatique et populaire, à l'épouse d'origine française, si élégante. Il incarnait tout à la fois la puissance militaire et politique d'une Amérique prospère à l'heure de la guerre froide, et en même temps une ouverture au monde, une modernité technologique avec le lancement de la conquête spatiale, une avancée sociétale décisive avec le soutien aux droits civiques contre la ségrégation.

C'est ce JFK-là que les Américains aiment retenir, avec l'idée que son aura puisse s'incarner, de génération en génération, dans une inoxydable dynastie Kennedy.

Le mythe Kennedy est d'autant plus vivant qu'il est régulièrement invoqué par les démocrates et qu'il est susceptible de se matérialiser physiquement. En effet, depuis 2012, siège au Congrès des États-Unis le représentant du Massachusetts : Joseph P. Kennedy. Le petit-neveu de JFK entend bien préserver son héritage politique et, qui sait, le prolonger un jour dans le bureau ovale ?

(Article publié dans La Dépêche du 29 octobre 2017)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à